institut

CINéASTES, DE NOTRE TEMPS - CARTE BLANCHE à ANDRé S. LABARTHE

Au début des années 60, peu après la mort du grand critique André Bazin, sa femme, Janine Bazin, alors à l’ORTF, propose à André S. Labarthe, à ce moment critique aux Cahiers du cinéma, de travailler avec elle à une série de documentaires pour la télévision, constituée d’entretiens avec les plus grands cinéastes « de notre temps ». C’est ainsi que va naître la série Cinéastes, de notre temps (rebaptisée Cinéma, de notre temps en 1988), dont le premier film sera consacré à Luis Buñuel. Jean Douchet la définit ainsi : « cette émission restera emblématique de ce qu’il faut faire à la télévision. Inspirée par les déjà célèbres entretiens des Cahiers du cinéma, elle a pour but de garder pour les siècles futurs la trace vivante des auteurs, les traits de leur personnalité, la pensée de leur œuvre. » Une collection à la longévité exceptionnelle puisqu’elle produit encore aujourd’hui des films, et qui compte une centaine de portraits à ce jour. Certains étant devenus mythiques auprès des cinéphiles, comme par exemple le John Cassavetes ou le John Ford/Hitchcock réalisés par Labarthe, ou le dialogue Fritz Lang/Godard (Le Dinosaure et le bébé, déjà programmé à l’Institut de l’image) par Labarthe toujours… Après la présentation de l’intégralité de cette collection à Paris au Centre Pompidou, c’est avec beaucoup de plaisir que l’Institut de l’image, en partenariat avec dfilms à Marseille et avec la délégation régionale Ina-Méditerranée (dans sa mission de valoriser auprès du plus grand nombre ce patrimoine), propose cette invitation à André S. Labarthe, en forme de voyage à travers l’histoire du cinéma, avec une sélection d’épisodes de Cinéastes, de notre temps, qui seront systématiquement associés à un film du cinéaste « raconté ».

Cinéastes, de notre temps - carte blanche à André S. Labarthe
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - JOHN FORD ET ALFRED HITCHCOCK, LE LOUP ET L'AGNEAU

    (2001) 52 min
    Réal. André S. Labarthe

    Rencontres avec deux des plus grands cinéastes du monde, que tout oppose. Tandis que Ford, aussi malin que bourru, reçoit sur son lit et ne se livre que par courtes salves, Hitchcock explique comment il évite le cliché en analysant des séquences de ses films.

    Cinéastes, de notre temps - John Ford et Alfred Hitchcock, le loup et l'agneau

    Séances

    • lundi 31 octobre 2011 à 14h30
  • LA PATROUILLE PERDUE

    The Lost Patrol (USA, 1934) 74 min
    Réal. John Ford
    Int. Boris Karloff, Victor McLaglen…

    Durant la Première Guerre mondiale, une patrouille de soldats traverse le désert de Mésopotamie lorsque le commandant, seul à connaître leur destination, est abattu par un ennemi invisible. Le sergent décide de poursuivre la route en espérant retrouver la brigade…

    Un film de guerre abstrait, où les soldats remplacent les cow-boys des westerns plus connus dans l’œuvre de John Ford.

    En présence d’André S. Labarthe samedi 22 octobre à 14h (La Patrouille perdue sera programmé avec Ford/Hitchcock, le loup et l’agneau)

    La Patrouille perdue

    Séances

    • samedi 22 octobre 2011 à 14h00
    • jeudi 27 octobre 2011 à 16h30
    • dimanche 30 octobre 2011 à 16h40
    • mardi 1er novembre 2011 à 20h30
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - ABEL GANCE, PORTRAIT BRISÉ

    (1964) 100 min
    Réal. Hubert Knapp

    « Tourné en juin 1964, Abel Gance vient d’avoir 75 ans… l’âge de la tour Eiffel, l’âge de Charlie Chaplin, c’est-à-dire, à peu de choses près, l’âge du cinéma. » (Janine Bazin & André S. Labarthe , 1964)

    Abel Gance évoque ses souvenirs de réalisateur de cinéma et de théâtre, son travail d’écriture comme scénariste, ses rencontres et ses tournages, le tout ponctué d’extraits de ses films.

    Cinéastes, de notre temps - Abel Gance, portrait brisé

    Séances

    • lundi 17 octobre 2011 à 14h00
    • lundi 24 octobre 2011 à 16h30
  • J'ACCUSE

    (Fr., 1938) 73 min
    Réal. Abel Gance
    Int. Victor Francen, Jean Max, Marcel Delaître…

    Jean Diaz, un scientifique, s’est juré d’empêcher une nouvelle guerre. Il invente un verre indestructible, puis sombre dans la folie. Il ne retrouve la raison que pour apprendre la mobilisation générale. Il se rend alors à Verdun et invite les morts de la Grande Guerre à se lever pour s’interposer…

    « J’accuse la guerre d’hier d’avoir préparé l’Europe d’aujourd’hui, et l’Europe d’aujourd’hui de préparer la guerre de demain, qui serait l’anéantissement total de l’Europe. »
    Abel Gance (1937)

    J'Accuse

    Séances

    • lundi 17 octobre 2011 à 16h15
    • mercredi 19 octobre 2011 à 20h30
    • lundi 24 octobre 2011 à 14h30
    • mardi 25 octobre 2011 à 18h30
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - D'UN SILENCE L'AUTRE

    (1993) 51 min
    Réal. André S. Labarthe
    avec Joseph von Sternberg, Claude Chabrol

    Remontage de la version de 1967. Partagé entre le portrait et l’essai, le film met en scène Sternberg évoquant ses films et son actrice fétiche, Marlène Dietrich.

    En présence d’André S. Labarthe, jeudi 20 octobre à 20h30 (suivi par Shanghai Gesture)

    Cinéastes, de notre temps - d'un silence l'autre
  • SHANGHAI GESTURE

    The Shanghai Gesture (USA, 1941) 98 min
    Réal. Joseph von Sternberg
    Int. Gene Tierney, Victor Mature, Walter Huston…

    Dans le Shanghai d’avant-guerre, repère des hors-la-loi, « l’impitoyable dragon » Gin Sling règne sur une maison de jeux qu’un financier britannique, Sir Guy Charteris tente de s’approprier. En enquêtant sur son compte, elle découvre un objet de chantage : sa fille Poppy, une ravissante jeune femme qui fréquente assidûment le casino. Gin Sling la pousse à jouer et à accumuler les dettes…

    Après Shanghai Express en 1932, avec Marlène Dietrich, Sternberg renoue en 1941 avec l’exotisme fantasmatique qui lui est cher et nous plonge au cœur de Shanghai, ville de tous les vices et « moderne Tour de Babel », cette fois avec Gene Tierney.

    En présence d’André S. Labarthe jeudi 20 octobre à 20h30

    Shanghai Gesture

    Séances

    • jeudi 20 octobre 2011 à 20h30
    • vendredi 21 octobre 2011 à 14h00
    • samedi 29 octobre 2011 à 20h40
    • mardi 1er novembre 2011 à 18h00
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - SAMUEL FULLER, INDEPENDANT FILMMAKER

    (1967) 68 min
    Réal. André S. Labarthe

    Cinéaste de la violence, contrebandier selon la terminologie scorsesienne, Sam Fuller raconte une histoire américaine en 23 chapitres, avec la sécheresse qui caractérise son cinéma.

    Cinéastes, de notre temps - Samuel Fuller, independant filmmaker

    Séances

    • jeudi 20 octobre 2011 à 14h30
  • VIOLENCES À PARK ROW

    Park Row (USA, 1952) 83 min – copie neuve
    Réal. Samuel Fuller
    Int. Mary Welch, Gene Evans, Bela Kovacs…

    En 1886, a New York, un jeune journaliste qui veut lancer son propre journal s’oppose a un magnat de la presse…

    « J’ai projeté une copie 35mm de Violence à Park Row à toute l’équipe de Gangs of New York à Rome. Ça m’a requinqué, galvanisé […]. Voilà un film unique, fulgurant. »
    Martin Scorsese

    Violences à Park Row

    Séances

    • jeudi 20 octobre 2011 à 16h15
    • lundi 24 octobre 2011 à 20h30
    • jeudi 27 octobre 2011 à 20h30
    • samedi 29 octobre 2011 à 16h40
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - ASTRUC, L'ASCENDANT TAUREAU

    (1967) 92 min
    Réal. Jean Douchet

    Après un article fondateur sur la « caméra-stylo » publié en 1948, Alexandre Astruc a prolongé ses théories en faisant du cinéma. Interrogé par Jean Douchet, il livre ses opinions de cinéphile et de cinéaste avec la verve d’un véritable débatteur.

    En présence de Jean Douchet et d’André S. Labarthe, samedi 22 octobre à 17h. A l’issue de la projection, André S. Labarthe signera le livre « La Saga Cinéastes de notre temps » (avec la librairie Goulard).

    Cinéastes, de notre temps - Astruc, l'ascendant taureau

    Séances

    • samedi 22 octobre 2011 à 17h00
  • LES MAUVAISES RENCONTRES

    (Fr., 1954) 87 min
    Réal. Alexandre Astruc
    Int. Anouk Aimée, Jean-Claude Pascal…

    Une jeune femme avide de célébrité se retrouve au Quai des Orfèvres pour un interrogatoire. Elle revit les différents moments qui ont précedé une gloire à laquelle elle n’avait pas songé….

    « Alexandre Astruc est l’un des précurseurs de la Nouvelle vague (…) Il sera le premier à passer de la critique à la réalisation. D’abord avec un moyen-métrage (…), Le Rideau cramoisi. Puis avec Les Mauvaises rencontres, qui l’impose comme l’un des chefs de file de la nouvelle génération. » Janine Bazin & André S. Labarthe

    En présence de Jean Douchet et d’André S. Labarthe, samedi 22 octobre à 20h30

    Jean Douchet est cinéaste, historien, critique, écrivain et enseignant de cinéma. Auteur de travaux importants sur Hitchcock et la Nouvelle vague notamment, il a écrit aux Cahiers du cinéma, enseigné à la FEMIS, et anime depuis plusieurs années un ciné-club à la Cinémathèque française.

    Les Mauvaises rencontres

    Séances

    • samedi 22 octobre 2011 à 20h30
    • lundi 24 octobre 2011 à 18h30
    • vendredi 28 octobre 2011 à 20h30
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - PHILIPPE GARREL, ARTISTE

    (1998) 48 min
    Réal. Françoise Etchegaray

    Long entretien avec Philippe Garrel, qui dit sa passion pour l’art, héritée de son père acteur, Maurice Garrel. Une passion destructrice qu’il assouvit en réalisant ses propres films…

    En présence d’André S. Labarthe dimanche 23 octobre à 14h30 (avec Le Révélateur)

    Cinéastes, de notre temps - Philippe Garrel, artiste

    Séances

    • mardi 1er novembre 2011 à 14h30
  • LE RÉVÉLATEUR

    (Fr., 1968) 60 min
    Réal. Philippe Garrel
    Int. Laurent Terzieff, Bernadette Lafont, Stanislas Robiolles…

    « Le Révélateur (…) est un film délibérément onirique, qui tourne autour de ce que la psychanalyse appelle la scène primitive : comment naît un film, comme se fabrique un enfant. (…) C’est un "muet" d’une heure, réalisé avec des moyens dérisoires, qui montre un petit garçon aux prises avec ses parents. Tous trois se déplacent dans un univers banalisé par les représentations du rêve (un escalier, une route, une forêt)… » Philippe Garrel

    En présence d’André S. Labarthe dimanche 23 octobre à 14h30 (projection unique)

    Le Révélateur

    Séances

    • dimanche 23 octobre 2011 à 14h30
  • LES HAUTES SOLITUDES

    (Fr., 1974) 75 min
    Réal. Philippe Garrel
    Int. Jean Seberg, Tina Aumont, Laurent Terzieff, Nico…

    Le portrait d’une femme de quarante ans dans le silence de la solitude d’une ferme… un portrait de Jean Seberg.

    « Cette série d’images muettes dans lesquelles une femme amoureuse répond à celui qui la filme, est un des plus beaux dialogues de l’histoire du cinéma. »
    Thomas Lescure, Une caméra à la place du coeur

    Les hautes solitudes

    Séances

    • dimanche 23 octobre 2011 à 17h30
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - CINÉMA HONGROIS 1, MIKLOS JANCSO

    (1969) 53 min
    Réal. Jean-Louis Comolli

    Filmé sur les lieux du tournage de Ah, ça ira ! et de Silence et cri, Miklos Jancso, chef de file du nouveau cinéma hongrois, revient sur sa jeunesse, sur la révolution et explique son cinéma critique, en perpétuel mouvement.

    Cinéastes, de notre temps - cinéma hongrois 1, Miklos Jancso

    Séances

    • vendredi 28 octobre 2011 à 14h30
  • VICES PRIVÉS, VERTUS PUBLIQUES

    Vizi privati, pubbliche virtu (It., 1975) 105 min
    Réal. Miklos Jancso
    Int. Lajos Balazsovits, Pamela Villoresi, Thérèse-Ann Savoy, Laura Betti…

    L’héritier de l’empire austro-hongrois vit à l’écart de la cour et mène une vie de débauche avec ses amis. Ceux-ci complotent contre l’empereur et provoquent un scandale…

    « Le cinéma de Jancso était à part : des scénarios chorégraphiés, des films basés sur des plans-séquences magnifiques – un cinéma très ludique, et politique en même temps. » André S. Labarthe

    Vices privés, vertus publiques

    Séances

    • mardi 25 octobre 2011 à 20h30
    • vendredi 28 octobre 2011 à 16h00
    • dimanche 30 octobre 2011 à 14h30
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - THE SCORSESE MACHINE

    (1990) 73 min
    Réal. André S. Labarthe

    Filmé dans sa salle de montage avec Thelma Schoonmaker, sa monteuse, avec un journaliste ou chez ses parents, Scorsese se révèle en véritable machine cinéma.

    « Né en 1942, Martin Scorsese appartient à cette génération de cinéastes qui découvrent le cinéma en même temps que la musique rock. […] Conséquence remarquable, plus encore que celui de Truffaut ou de Wenders, le cinéma de Scorsese est un cinéma de référence. Il suffit d’assister, comme nous l’avons fait, aux propos qu’échangent, dans leur salle de montage, Scorsese et sa monteuse, Thelma Schoonmaker, pour en être persuadés : le cinéma s’exerce à l’intérieur du cinéma. Question : qu’y a-t-il au delà du cinéma ? Réponse : le Cinéma. Voilà, peut-être, qui explique – loin des thèmes abordés – les qualités d’apparence contradictoires qui définissent le cinéma de Scorsese. Un cinéma rapide mais malin, à la fois concerté et instinctif, qui semble toujours imiter ce qu’il est. Une machine à laquelle on aurait joint un pacemaker ? » André S. Labarthe

    Cinéastes, de notre temps - The Scorsese Machine

    Séances

    • mercredi 26 octobre 2011 à 18h30
    • lundi 31 octobre 2011 à 17h30
  • MEAN STREETS

    (USA, 1973) 110 min
    Réal. Martin Scorsese
    Int. Harvey Keitel, Robert De Niro…

    La vie d’une bande de petits truands, qui jouent aux durs dans le quartier de Little Italy à New York. Charlie, vague neveu d’un caid de la mafia, se tient sage, dans l’espoir que son oncle lui confiera la direction d’un restaurant. Mais son cousin, Johnny Boy, est un jeune chien fou, arrogant et bagarreur…

    « Aujourd’hui, je n’aime plus tellement Scorsese, que je trouve trop dans la maîtrise. J’avais pourtant beaucoup aimé Mean Streets à l’époque, qui reste son meilleur film, pour moi. » André S. Labarthe

    Mean Streets

    Séances

    • mercredi 12 octobre 2011 à 20h30
    • lundi 17 octobre 2011 à 18h30
    • mercredi 26 octobre 2011 à 16h30
    • samedi 29 octobre 2011 à 18h20
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - JOHN CASSAVETES

    (1998) 50 min
    Réal. André S. Labarthe

    L’un des « classiques » de la série, un long entretien en mouvement avec le réalisateur de Faces, qui travaille alors au montage du film. Puis, trois ans plus tard, la suite de l’entretien, alors que Faces est enfin terminé (remontage de la version de 1969).

    « C’est le film de la naissance d’un cinéaste que nous proposons. » André S. Labarthe

    Cinéastes, de notre temps - John Cassavetes

    Séances

    • mercredi 19 octobre 2011 à 14h00
    • lundi 31 octobre 2011 à 16h00
  • MEURTRE D'UN BOOKMAKER CHINOIS

    The Killing of A Chinese Bookie (USA, 1976) 108 min – support DVD
    Réal. John Cassavetes
    Int. Ben Gazzara, Azizi Johari, Timothy Carey…

    Cosmo Vitelli vient de rembourser la dernière hypothèque de sa boîte de nuit et fête l’événement à une table de jeux où il perd une très grosse somme d’argent. La pègre lui propose une alternative : pour éponger sa dette, il doit assassiner un vieux bookmaker chinois…

    Un chef-d’oeuvre dont l’influence irrigue encore le cinéma contemporain, du film Noir américain au film d’auteur européen.

    Meurtre d'un bookmaker chinois

    Séances

    • mercredi 19 octobre 2011 à 15h30
    • mercredi 26 octobre 2011 à 20h30
    • vendredi 28 octobre 2011 à 18h15
  • ANDRÉ S. LABARTHE S'EXPOSE - DU CHAT AU CHAPEAU

    (Fr., 2011) 30 min
    Réal. Céline Gailleurd, Olivier Bohler
    Mus. Camille Fabre

    Nogent-sur-Marne, 24 mars 2010, 10h du matin. Dans moins de 36 heures va s’ouvrir, à la Maison d’Art Bernard Anthonioz, l’exposition d’André S. Labarthe, « Le Chat de Barcelone ». Sur le chantier, tout est là, mais rien n’est encore présent. André S. Labarthe est là, qui parle et observe. Il travaille du chapeau. Peu à peu, les objets s’ordonnent, un univers se met à tourner. Mais d’ailleurs, qu’expose-t-on ? Des quignons de pain ? Un Delacroix ? Ou des fragments d’André S. Labarthe ?

    En présence d’André S. Labarthe, Céline Gailleurd, Olivier Bohler, vendredi 21 octobre à 20h30 (avec Jean-Luc Godard ou le cinéma au défi)

    André S. Labarthe s'expose - du chat au chapeau
  • CINÉASTES, DE NOTRE TEMPS - JEAN-LUC GODARD OU LE CINÉMA AU DÉFI

    (1965) 75 min
    Réal. Hubert Knapp

    Ce portrait mêle extraits de films, interviews de proches (Anna Karina, la famille Godard, jusqu’à Louis Aragon) et reportage sur l’auteur d’A Bout de souffle. Un film fait d’amalgames, aussi éclaté dans sa construction que Pierrot le fou

    En présence d’André S. Labarthe, Céline Gailleurd, Olivier Bohler, vendredi 21 octobre à 20h30

    Cinéastes, de notre temps - Jean-Luc Godard ou le cinéma au défi

    Séances

    • vendredi 21 octobre 2011 à 20h30
    • mardi 1er novembre 2011 à 16h00
  • CINÉASTES À LA TABLE

    (1982-90) 111 min

    André S. Labarthe invite plusieurs cinéastes à la table de montage, pour analyser plan par plan des extraits d’un de leurs films, souvent la dernière séquence. Ce sont ainsi Fuller sur Le Port de la drogue, Arthur Penn sur Bonnie and Clyde, Antonioni sur Profession : Reporter, Altman sur Secret Honor, Kazan sur Les Visiteurs, Skolimowski sur Walk-over, Chabrol sur Les Bonnes Femmes et Scorsese sur Taxi Driver qui s’adonnent avec passion à un exercice qui leur permet de parler très concrètement de leur travail et de leurs choix de mise en scène. À l’exception de Chabrol et Scorsese, ces films ont été diffusés dans l’émission Cinéma, cinémas.

    Cinéastes à la table

    Séances

    • samedi 29 octobre 2011 à 14h30
  • FÊTE DU LIVRE

    Dans le cadre de la fête du livre « Carlos Fuentes », du 13 au 16 octobre, l’Institut de l’image propose deux films de Buñuel accompagnés par le premier épisode de la série Cinéastes, de notre temps. Carlos Fuentes présentera également le premier long-métrage de Alejandro González Iñarritu, Amours chiennes (Amores Perros), dimanche 16 octobre à 20h - voir page "séances spéciales".

  • LUIS BUÑUEL - UN CINÉASTE DE NOTRE TEMPS

    (1964) 44 min
    Réal. Robert Valey

    Le premier film de la série, réalisé en 1964. Un portrait de Buñuel en deux temps : la vie du cinéaste, puis un entretien.

    Luis Buñuel - un cinéaste de notre temps

    Séances

    • jeudi 13 octobre 2011 à 14h30
    • samedi 15 octobre 2011 à 15h30
  • LOS OLVIDADOS

    (Mex., 1950) 89 min
    Réal. Luis Buñuel
    Int. Estela Inda, Miguel Inclan, Alfonso Mejia…

    Comme il est précisé dans le prologue, l’action pourrait aussi bien se dérouler à New York, Paris ou Londres. Mais nous sommes à Mexico, dans une banlieue pauvre, où des gosses sans famille apprennent à vivre seuls…

    « Pendant quatre ou cinq mois, le plus souvent seul, je me suis mis à parcourir les "villes perdues", c’est-à-dire les banlieues improvisées, très pauvres, qui entourent Mexico. Certaines choses vues sont passées directement dans le film (…) Bien que travaillant très sérieusement, l’équipe tout entière manifestatit son hostilité à l’égard du film. »
    Luis Buñuel

    Film présenté par Carlos Fuentes vendredi 14 octobre à 20h

    Los Olvidados

    Séances

    • jeudi 13 octobre 2011 à 16h30
    • vendredi 14 octobre 2011 à 20h00
    • lundi 17 octobre 2011 à 20h40
    • mardi 18 octobre 2011 à 18h00
  • L'ANGE EXTERMINATEUR

    El Angel Exterminador (Mex., 1962) 95 min
    Réal. Luis Buñuel
    Int. Silvia Pinal, Enrique Rambal, Lucy Gallardo…

    Edmundo et Lucia Nobile, bourgeois de Mexico, donnent une réception dans leur luxueux hôtel particulier. Tandis que les invités se présentent, Nobile constate que les domestiques, à l’exception du Maître d’Hôtel, ont fui la maison. Après le souper, les invités passent au salon, mais pour une mystérieuse raison, ils ne peuvent plus en sortir…

    « Si le film que vous allez voir vous semble énigmatique ou incongru, la vie l’est aussi. (…) L’auteur déclare qu’il n’a pas voulu jouer sur des symboles, du moins consciemment. La meilleure explication pour l’Ange Exterminateur, c’est que raisonnablement il n’y en a aucune. »
    Luis Buñuel

    Film présenté par Carlos Fuentes samedi 15 octobre à 20h

    L'ange exterminateur

    Séances

    • vendredi 14 octobre 2011 à 14h30
    • samedi 15 octobre 2011 à 20h00
    • mardi 18 octobre 2011 à 20h00
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre