institut

LES CLASSIQUES DE L'éTé

Du 30 juin au 31 juillet l’Institut de l’image propose comme chaque été de "réviser" les grands classiques, célèbres ou plus méconnus, de l’histoire du cinéma. L’occasion de voir ou de revoir en copies neuves Kim Novak jouant les sorcières dans L’Adorable voisine, Steve McQueen aux côtés de Natalie Wood dans Une certaine rencontre, Burt Lancaster dans l’un des premiers films de John Cassavetes, ou encore Marcello Mastroianni en bel Antonio. Mais aussi de voyager dans des contrées plus exotiques avec Fièvre sur Anatahan de Sternberg, Mort sur le Nil (d’après Agatha Christie), ou Cinq et la peau de Pierre Rissient. Des films plus contemporains seront aussi à l’affiche, comme Made in Hong Kong, joyau de l’apogée du cinéma hongkongais dans les années 1990, ou 9 Doigts, le dernier film (inédit à Aix) de F.J. Ossang, poète punk du cinéma français. À noter aussi, après celle du 28 juin, deux nouvelles soirées consacrées au remake avec le FID Marseille.

Tous les films sont en copies numériques (DCP).

Image ci-dessus : Kim Novak dans L’Adorable voisine (1958)

Les Classiques de l'été
  • FIÈVRE SUR ANATAHAN

    The Saga of Anatahan (Jap., 1952) 1h32
    Int. Josef von Sternberg
    Int. Akemi Negishi, Tadashi Suganuma, Kisaburo Sawamura…

    En juin 1944, des marins japonais, rescapés d’un navire attaqué par un avion américain, se réfugient sur l’ile d’Anatahan, habitée par un couple de Japonais. Keiko, la femme, devient l’objet de toutes les convoitises…

    « De l’aquarium du générique à la montagne sacrée du dernier plan, toute l’œuvre de Sternberg est contenue dans le film, avec sa cruauté douce, sa moiteur, sa lumière. On trouve peu d’exemples dans l’histoire du cinéma de films conjuguant une aussi grande audace à une maîtrise technique aussi exceptionnelle. »

    Pascal Mérigeau, Josef von Sternberg (Edilig, 1983)

    En avant-première (ressortie le 5 septembre)
    Fièvre sur Anatahan

    Séances

    • mardi 17 juillet à 18h30
    • vendredi 20 juillet à 20h30
    • mardi 24 juillet à 18h40
    • mercredi 25 juillet à 16h15
    • samedi 28 juillet à 16h15
    • dimanche 29 juillet à 14h30
    • mardi 31 juillet à 20h00
  • L'ADORABLE VOISINE

    Bell, Book & Candle (USA, 1958) 1h46
    Réal. Richard Quine
    Int. Kim Novak, James Stewart, Jack Lemmon…

    New York, un soir de Noël. Une ravissante sorcière souhaite secrètement tomber amoureuse, les sorcières étant censées n’éprouver aucun sentiment excepté le désir. En l’ensorcelant, elle va mettre le grappin sur son voisin, un éditeur quinquagénaire sur le point de se marier…

    Après avoir ensorcelé James Stewart dans Vertigo, Kim Novak interprète la même année une « vraie » sorcière dans cette comédie signée Richard Quine (Deux têtes folles).

    L'Adorable voisine

    Séances

    • mardi 3 juillet à 14h30
    • samedi 7 juillet à 16h10
    • mercredi 11 juillet à 18h20
    • vendredi 13 juillet à 20h00
    • dimanche 15 juillet à 16h40
    • dimanche 22 juillet à 14h30
    • mardi 24 juillet à 20h30
  • LE BEL ANTONIO

    Il Bell’Antonio (It./Fr., 1960) 1h45
    Réal. Mauro Bolognini
    Int. Marcello Mastroianni, Claudia Cardinale, Pierre Brasseur…

    Après avoir longtemps vécu à Rome, le séduisant Antonio revient dans sa ville natale, à Catane. Là, sa beauté lui vaut une réputation de véritable Don Juan. Ses parents ont décidé de le marier à Barbara Puglisi, la fille d’un riche notaire…

    Avec la collaboration de Pier Paolo Pasolini au scénario (d’après un roman de Bracanti), Bolognini s’interroge sur la sexualité et les Italiens, entre hypocrisie, ignorance et machisme.

    Le Bel Antonio

    Séances

    • vendredi 6 juillet à 20h15
    • mardi 10 juillet à 18h30
    • mercredi 11 juillet à 16h10
    • dimanche 15 juillet à 14h30
    • jeudi 19 juillet à 14h30
    • mardi 24 juillet à 16h40
    • samedi 28 juillet à 20h00
  • UN ENFANT ATTEND

    A Child is Waiting (USA, 1963) 1h42
    Réal. John Cassavetes
    Int. Burt Lancaster, Judy Garland, Gena Rowlands…

    Dans une institution spécialisée pour enfants autistes et trisomiques, une prof de musique, en désaccord avec les méthodes du directeur, s’attache à un enfant rebelle à toute vie de groupe…

    « Invisible pendant des décennies, Un enfant attend ressort sur les écrans : l’occasion de réaliser que ce qui fut longtemps considéré comme une erreur de parcours est un très grand film (…) l’histoire est celle d’une femme qui cherche son monde d’Oz, un endroit où donner un sens à sa vie, et qui fera la rencontre d’un enfant qui attend d’être aimé. »

    Murielle Joudet, Le Monde
    Un enfant attend

    Séances

    • jeudi 5 juillet à 16h15
    • dimanche 8 juillet à 14h30
    • samedi 14 juillet à 17h15
    • mardi 17 juillet à 20h30
    • vendredi 20 juillet à 18h20
    • vendredi 27 juillet à 19h45
    • mardi 31 juillet à 14h30
  • LA DÉNONCIATION

    (Fr., 1962) 1h40
    Réal. Jacques Doniol-Valcroze
    Int. Maurice Ronet, Françoise Brion, Sacha Pitoëff…

    Michel Jussieu passe dans un cabaret où il est témoin involontaire du meurtre d’un journaliste d’extrême droite. Il reconnaît Eléonore et Patrice, membres d’une organisation politique secrète, connus depuis ses années de Résistance…

    Troisième long métrage de Doniol-Valcroze, La Dénonciation est sans doute son film le plus ambitieux, mais aussi le plus – injustement – méconnu. Comme ses camarades de la Nouvelle Vague Chabrol et Truffaut, le cinéaste est visiblement inspiré par Hitchcock, passé maître pour mêler intrigue policière, enjeux politiques et drame psychologique.

    La Dénonciation

    Séances

    • mardi 3 juillet à 16h40
    • mardi 10 juillet à 14h30
    • vendredi 13 juillet à 18h00
    • mercredi 18 juillet à 20h15
    • samedi 21 juillet à 16h15
    • jeudi 26 juillet à 14h30
    • dimanche 29 juillet à 16h20
  • UNE CERTAINE RENCONTRE

    Love With the Proper Stranger (USA, 1963) 1h40
    Réal. Robert Mulligan
    Int. Steve McQueen, Natalie Wood, Edie Adams…

    Angie, une jeune Italienne catholique, tombe enceinte de Rocky, un musicien avec qui elle a eu une aventure d’un soir. La jeune fille décide d’avorter et le retrouve pour lui annoncer la nouvelle…

    « Ici, le couple Wood-McQueen fait preuve d’une alchimie remarquable, faite de rires et d’engueulades, mais aussi de silences et de regards désemparés, reflets d’une situation qui les condamne à la clandestinité. »

    Damien Bonelli, Critikat.com
    Une Certaine rencontre

    Séances

    • dimanche 1er juillet à 14h30
    • mercredi 4 juillet à 20h00
    • mardi 10 juillet à 16h30
    • jeudi 12 juillet à 18h30
    • jeudi 19 juillet à 16h30
    • samedi 21 juillet à 20h30
    • vendredi 27 juillet à 14h30
  • LES FIANCÉS

    Il fidanzati (It., 1963) 1h20
    Réal. Ermanno Olmi
    Int. Anna Canzi, Carlo Cabrini…

    Ouvrier dans une usine de Milan, Giovanni accepte d’aller travailler en Sicile et ainsi obtenir une meilleure qualification. Il laisse derrière lui sa fiancée, Liliana. De l’ennui commun de leurs dimanches, il ne garde pas de regrets. Mais arrivé en Sicile, la nostalgie de l’aimée l’étreint, et il renoue avec elle d’abord par téléphone, puis par lettres de plus en plus enflammées…

    En hommage au grand cinéaste italien Ermanno Olmi (juillet 1931-mai 2018).

    Les Fiancés

    Séances

    • mercredi 4 juillet à 18h15
    • vendredi 6 juillet à 16h30
    • jeudi 12 juillet à 16h40
    • vendredi 20 juillet à 16h40
    • mercredi 25 juillet à 20h40
    • samedi 28 juillet à 14h30
  • RÊVES EN ROSE

    (Tchécoslovaquie, 1976) 1h21
    Réal. Dusan Hanak
    Int. Juraj Nvota, Iva Bittova, Josef Hlinomaz…

    Jakub, facteur, rêveur et magicien en herbe, jongle entre les colis et les services rendus aux villageois. Son regard croise celui de la belle gitane Jolanka. Ensemble, ils vont tenter de vivre un premier et grand amour, malgré la pression de leurs communautés respectives…

    « Bien que tournant avec de vrais tziganes (…), le réalisateur se détourne de la chronique réaliste au profit de saynètes tour à tour drôles et poétiques, émouvantes et satiriques, aidé en cela par la superbe bande-originale de Petr Hapka… »

    J.-F. Dickeli, Culturopoing.com
    Rêves en rose

    Séances

    • mardi 3 juillet à 18h40
    • jeudi 5 juillet à 14h30
    • mardi 10 juillet à 20h30
    • vendredi 13 juillet à 16h00
    • mercredi 18 juillet à 16h00
    • dimanche 22 juillet à 16h40
    • samedi 28 juillet à 18h10
  • MORT SUR LE NIL

    Death on the Nile (Ang., 1978) 2h20
    Réal. John Guillermin

    Int. Peter Ustinov, Jane Birkin, Lois Chiles, Bette Davis, Mia Farrow…

    La belle et riche héritière Linnet Ridgeway est assassinée lors d’une croisière sur le Nil pour son voyage de noces. Le fameux détective Hercule Poirot, présent parmi les passagers, mène l’enquête…

    L’une des plus célèbres adaptations des aventures d’Hercule Poirot sur grand écran, tournée deux ans après la mort d’Agatha Christie. Et c’est en partie grâce au film que Mort sur le Nil, paru en 1937, reste l’un des romans les plus connus de la série.

    Mort sur le Nil

    Séances

    • dimanche 1er juillet à 16h30
    • samedi 7 juillet à 20h00
    • samedi 14 juillet à 14h30
    • vendredi 20 juillet à 14h00
    • mercredi 25 juillet à 18h00
    • vendredi 27 juillet à 16h45
    • mardi 31 juillet à 17h00
  • CINQ ET LA PEAU

    (Fr./Philippines, 1982) 1h35
    Réal. Pierre Rissient
    Int. Féodor Atkine, Eiko Matsuda, Gloria Diaz…

    Un homme, Ivan, retourne à Manille, apparemment sans but précis. Au gré de son errance et de ses rencontres, l’écrivain déambule dans la mégapole fascinante à la recherche de son passé et du sens de son existence…

    Cinq et la peau est le second film de Pierre Rissient, cinéphile pionnier et défricheur de grands auteurs comme Jerry Schatzberg, King Hu ou Lino Brocka. Le réalisateur y conjugue avec maestria et sensualité ses amours : le cinéma classique hollywoodien, le jazz, la poésie et Manille.

    Cinq et la peau

    Séances

    • vendredi 6 juillet à 18h15
    • samedi 7 juillet à 18h10
    • mercredi 11 juillet à 20h30
    • mardi 17 juillet à 14h30
    • samedi 21 juillet à 18h20
    • jeudi 26 juillet à 18h00
  • MADE IN HONG KONG

    Heung Gong jai jo (HK, 1997) 1h48
    Réal. Fruit Chan
    Int. Sam Lee, Neiky Yim, Wenders Li…

    Hong Kong, été 1997. Mi-Août a abandonné le collège et travaille pour M. Wing, proche des triades locales. Il fait alors la connaissance de Jacky, un handicapé mental qu’il prend sous son aile, et de la jolie Ah Ping, atteinte d’une maladie incurable et dont il tombe amoureux…

    Le second film de Fruit Chan, découvert au festival de Locarno en 1997, est un nouveau feu d’artifice dans un cinéma hongkongais qui à cette époque se réinvente à chaque film. Une œuvre lyrique et réaliste à la fois, parsemée d’images inoubliables.

    Made in Hong Kong

    Séances

    • samedi 30 juin à 20h00
    • mercredi 4 juillet à 16h00
    • dimanche 8 juillet à 16h30
    • jeudi 12 juillet à 14h30
    • mercredi 18 juillet à 18h00
    • mardi 24 juillet à 14h30
    • jeudi 26 juillet à 20h00
  • 9 DOIGTS

    (Fr./Port., 2017) 1h39
    Réal. F.J. Ossang
    Int. Gaspard Ulliel, Paul Hamy, Damien Bonnard, Pascal Greggory, Lisa Hartmann, Elvire…

    Magloire sort fumer une cigarette, la nuit, dans une gare où tous les trains sont arrêtés. Tout se précipite, lors d’un contrôle de police. Il prend la fuite tel quel sans bagage, sans avenir et tombe sur un homme mourant…

    « Ainsi la beauté de 9 doigts est-elle d’inventer (…) une déclamation froide et tranchante comme le métal, et comme détruite de l’intérieur par sa bile vénéneuse. On ne revient pas d’un tel voyage au bout de la nuit. »

    Mathieu Macheret, Le Monde
    9 doigts

    Séances

    • samedi 30 juin à 18h00
    • mardi 3 juillet à 20h15
    • vendredi 6 juillet à 14h30
    • jeudi 12 juillet à 20h30
    • mardi 17 juillet à 16h30
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre