institut

JANE FONDA

Chez les Fonda, le cinéma est une affaire de famille. Fille d’Henry, sœur de Peter, tante de Bridget, Jane apparaît sur les écrans des sixties, milite contre la guerre du Vietnam, tourne plusieurs films en France, surtout avec Roger Vadim (qu’elle épouse), mais aussi avec Jean-Luc Godard (qu’elle n’épouse pas). Des débuts atypiques pour une actrice américaine destinée à devenir une star, que l’Institut de l’image vous propose de redécouvrir à travers quelques-uns de ses films les plus marquants, du début des années 60 avec Les Félins jusqu’à la fin des années 70 avec le très anti-nucléaire Syndrôme chinois.

Image ci-dessus : Jane Fonda dans Barbarella (1968)

Jane Fonda
  • LES FÉLINS

    (USA/Fr., 1964) 1h37 – copie numérique (DCP)
    Réal. René Clément
    Int. Alain Delon, Jane Fonda, Lola Albright…

    Marc est un jeune séducteur de profession, manipulateur et gigolo. À New York, il a été l’amant de l’épouse d’un gangster. Pour se venger, celui-ci lance des tueurs à ses trousses alors qu’il passe du bon temps sur la côte d’Azur…

    Quatre ans après Plein soleil, René Clément retrouve Alain Delon. Pour incarner son étrange trio, il choisit deux actrices américaines, Lola Albright et la toute jeune Jane Fonda, qui tourne ici son premier film européen.

    Les Félins

    Séances

    • vendredi 1er février à 14h30
    • samedi 2 février à 20h00
    • mercredi 6 février à 16h30
    • lundi 11 février à 14h00
    • samedi 16 février à 18h20
    • mercredi 20 février à 20h30
    • dimanche 24 février à 16h45
  • LA POURSUITE IMPITOYABLE

    The Chase (USA, 1966) 2h13 – DCP
    Réal. Arthur Penn
    Int. Marlon Brando, Robert Redford, Jane Fonda, Angie Dickinson…

    Au Texas, le retour d’un évadé de prison dans sa ville natale déchaîne les passions. Le shérif se promet de trouver le fugitif avant que la foule ne s’en empare…

    Le portrait d’une Amérique ultra-conservatrice et raciste resté célèbre pour l’interprétation (et le fameux passage à tabac) de Marlon Brando – dans le rôle du shérif.

    La Poursuite impitoyable

    Séances

    • samedi 2 février à 14h30
    • lundi 4 février à 18h00
    • mercredi 6 février à 20h00
    • dimanche 10 février à 17h00
    • mercredi 13 février à 16h00
    • vendredi 15 février à 20h00
    • samedi 23 février à 17h10
  • LA CURÉE

    (Fr./It., 1966) 1h40 – copie 35 mm
    Réal. Roger Vadim
    Int. Jane Fonda, Michel Piccoli, Peter McEnery…

    Puissant et redoutable homme d’affaires, Alexandre Saccard vit à Paris avec son fils, Maxime, né d’un premier mariage, et sa seconde épouse, Renée, une jeune Canadienne. Renée s’entend très bien avec son beau-fils, et une passion brûlante naît entre eux…

    Adaptation du roman de Zola, l’un des meilleurs films de Roger Vadim, avec une Jane Fonda plus sensuelle que jamais.

    La Curée

    Séances

    • vendredi 1er février à 16h30
    • dimanche 3 février à 14h30
    • mardi 5 février à 20h30
    • mercredi 13 février à 18h30
    • lundi 18 février à 14h00
    • vendredi 22 février à 20h30
    • lundi 25 février à 16h40
  • BARBARELLA

    (Fr./It., 1968) 1h38 – DCP
    Réal. Roger Vadim
    Int. Jane Fonda, John Phillip Law, Anita Pallenberg…

    En l’an 4000, l’astronaute Barbarella, alors en vacances, se voit confier par le président de la Terre une mission spéciale. Elle doit retrouver Durand-Durand, un savant disparu il y a quelques années, inventeur de l’arme absolue, qu’il veut vendre à une planète ennemie…

    Un sommet de la S.F. kitsch devenu culte grâce à Jane Fonda, promue icône pop avec ce rôle.

    Séance précédée d’un buffet « food-truck » vendredi 1er février à 20h45 (en partenariat avec la boutique « Blow-up »)

    Barbarella

    Séances

    • vendredi 1er février à 20h45
    • dimanche 3 février à 16h30
    • samedi 9 février à 14h30
    • mercredi 13 février à 20h30
    • mardi 19 février à 18h30
    • mercredi 20 février à 17h00
    • lundi 25 février à 18h40
  • ON ACHÈVE BIEN LES CHEVAUX

    They Shoot Horses, Don’t They ? (USA, 1969) 2h – copie 35 mm
    Réal. Sydney Pollack
    Int. Jane Fonda, Michael Sarrazin, Susannah York…

    1932. Les États-Unis sont plongés dans la Grande Dépression et les marathons de danse ont un succès retentissant. Attirés par la promesse d’une prime importante, les candidats sont de plus en plus nombreux à participer à ces effroyables épreuves…

    Adaptation du roman d’Horace McCoy, une terrible évocation de la Grande Dépression où Jane Fonda trouve l’un de ses plus beaux rôles.

    On achève bien les chevaux

    Séances

    • samedi 2 février à 17h30
    • mardi 5 février à 18h00
    • jeudi 7 février à 20h00
    • dimanche 10 février à 14h30
    • jeudi 14 février à 18h10
    • samedi 16 février à 20h15
    • vendredi 22 février à 16h00
  • KLUTE

    (USA, 1971) 1h54 – copie 35 mm (V.F.)
    Réal. Alan J. Pakula
    Int. Jane Fonda, Donald Sutherland, Roy Scheider…

    John Klute est détective privé. Un jour, l’épouse et l’associé de son ami Tom Gruneman, disparu depuis six mois, lui demandent de le retrouver. Il se rend de Pennsylvanie à New York pour mener l’enquête. La seule piste est une call-girl, Bree Daniels…

    Un thriller paranoïaque haletant, le premier des films de complot réalisés par Alan J. Pakula (Les Hommes du président, À cause d’un assassinat). Jane Fonda obtint l’Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle. Mais en V.F. car pas de copie en v.o. sous-titrée disponible actuellement.

    Klute

    Séances

    • jeudi 7 février à 17h30
    • vendredi 8 février à 20h30
    • mardi 12 février à 18h00
    • samedi 16 février à 14h30
    • lundi 18 février à 18h15
    • mardi 19 février à 16h15
    • dimanche 24 février à 14h30
  • TOUT VA BIEN

    (Fr./It., 1972) 1h36 – DCP
    Réal. Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Gorin
    Int. Jane Fonda, Yves Montand, Vittorio Caprioli…

    C’est l’histoire de la crise d’un couple dans une société en crise, la France en 1972. Lui est un cinéaste déçu qui s’est mis au chômage après 1968. Elle est correspondante en France d’une chaîne de radio américaine…

    « On ne voit pas les noms de Montand et de Jane Fonda uniquement dans la rubrique spectacles. Des acteurs de cette sorte, il n’y en avait pas trente-six, il n’y avait que ces deux-là. »

    Jean-Luc Godard


    Film également projeté dans le cadre du cours de cinéma mardi 26 février à 13h30
    Tout va bien

    Séances

    • vendredi 1er février à 18h30
    • lundi 4 février à 14h30
    • vendredi 8 février à 16h20
    • samedi 9 février à 18h30
    • lundi 11 février à 20h45
    • mardi 19 février à 20h30
  • LETTER TO JANE

    (Fr., 1972) 52 min – DCP
    Réal. Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Gorin

    Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin pour leur ultime collaboration analysent une photographie de Jane Fonda au Vietnam, parue en 1972 dans L’Express. La caméra cadre certains détails, les associe à d’autres images. Une réflexion sur le questionnement d’une image (la photo) par une autre image (filmée par la caméra).

    « Cette photo répond à la même question que celle que pose Tout va bien : quel rôle les intellectuels doivent-ils jouer dans la révolution ? » (Godard et Gorin dans Letter to Jane)

    Letter to Jane

    Séances

    • lundi 4 février à 16h30
    • mercredi 6 février à 18h30
    • jeudi 14 février à 14h30
    • samedi 16 février à 17h00
    • lundi 18 février à 20h30
    • mercredi 20 février à 19h00
    • jeudi 21 février à 16h30
  • MAISON DE POUPÉE

    A Doll’s House (GB/Fr., 1973) 1h46 – copie 35 mm
    Réal. Joseph Losey
    Int. Jane Fonda, Delphine Seyrig, David Warner, Edward Fox, Trevor Howard…

    Norah et Kristine sont amies depuis l’enfance. Norah quitte son village pour épouser un jeune clerc, Torvald. Kristine, elle, se résout à quitter celui qu’elle aime, Krogstad, pour épouser un homme plus âgé mais fortuné…

    « C’est une personnalité électrique, et j’aime son honnêteté absolue. Ce qui me fit penser que le rôle de Norah lui convenait, c’était sa conviction dans les problèmes des femmes, ainsi que son passé – je veux parler de Vadim, de Barbarella et même des aspects "Henry Fonda". » (Joseph Losey, à propos de Jane Fonda)

    Maison de poupée

    Séances

    • lundi 4 février à 20h30
    • vendredi 8 février à 18h20
    • samedi 9 février à 16h30
    • jeudi 14 février à 16h00
    • dimanche 17 février à 16h50
    • mardi 19 février à 14h00
    • jeudi 21 février à 20h45
  • JULIA

    (USA, 1977) 1h58 – DCP
    Réal. Fred Zinnemann
    Int. Jane Fonda, Vanessa Redgrave, Jason Robards…

    Dans les années 30, Lillian Hellman, la compagne de Dashiell Hammett, part en Europe sur les traces de son amie Julia, militante antinazie qui a disparu peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale…

    « Si elle [Lillian] fait ce qui lui est demandé – passer 50 000 dollars dans une toque de fourrure –, ce n’est pas tant par conviction que par amour. (…) Le défaut de savoir-faire est le signe de l’amour – et, il faut le dire, le jeu, le savoir-faire de Jane Fonda est ici admirable à mimer ce défaut. »

    Pascal Bonitzer, Les Cahiers du cinéma
    Julia

    Séances

    • mercredi 6 février à 14h00
    • samedi 9 février à 20h30
    • lundi 11 février à 18h30
    • lundi 18 février à 16h00
    • vendredi 22 février à 18h15
    • samedi 23 février à 14h30
    • lundi 25 février à 20h30
  • LE SYNDRÔME CHINOIS

    The China Syndrome (USA, 1979) 2h02 – DCP
    Réal. James Bridges
    Int. Jane Fonda, Jack Lemmon, Michael Douglas…

    Kimberley Wells, journaliste de télévision, filme au cours d’un reportage un incident dans une centrale nucléaire. Son cadreur le montre à un ingénieur nucléaire qui confirme la réalité de l’accident et son caractère potentiellement dangereux…

    À la fois film catastrophe et thriller aux accents politiques, Le Syndrôme… sort sur les écrans quelques semaines avant l’accident de la centrale nucléaire de Three Miles Island (Pennsylvanie) et remporte un grand succès.

    Le Syndrôme chinois

    Séances

    • vendredi 8 février à 14h00
    • lundi 11 février à 16h00
    • mardi 12 février à 20h30
    • vendredi 15 février à 17h30
    • dimanche 17 février à 14h30
    • jeudi 21 février à 14h00
    • samedi 23 février à 20h00
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre