institut

OÙ SONT LES FEMMES ?

L’histoire du cinéma s’est-elle écrite à ce point au masculin pour que les films des réalisatrices encore en distribution soient si rares et si difficiles à diffuser ? Les femmes sont pourtant présentes derrière la caméra depuis les origines et l’invention de cet art, mais il aura fallu tout un siècle pour qu’elles reconquièrent cette place encore trop minoritaire. Cette rétrospective s’efforce de présenter de façon non exhaustive les films des quelques femmes (d’Alice Guy à Kathryn Bigelow, en passant par Barbara Loden ou Agnès Varda) qui ont réussi à devenir réalisatrices et à obtenir une reconnaissance internationale (Jane Campion ou Naomi Kawase), de sorte que l’histoire les a retenues et que leurs œuvres ont été conservées. Brigitte Rollet viendra débattre de cette question de la postérité des femmes et de leur place dans l’histoire et l’économie du cinéma.

Image ci-dessus : Maya Deren

Où sont les femmes ?
  • PROGRAMME "PIONNIÈRES ET AVANT-GARDISTES"

    Durée : 1h07

    - La Fée aux choux (Alice Guy, Fr., 1896) 1 min
    - Alice Guy tourne un phonoscène aux studios des Buttes Chaumont (Alice Guy, Fr., 1905) 2 min
    - Les Résultats du féminisme (Alice Guy, Fr., 1906) 7 min
    - Madame a des envies (Alice Guy, Fr., 1907) 4 min
    - La souriante madame Beudet (Germaine Dulac, Fr., 1923) 38 min
    - Ritual in Transfigured Time (Maya Deren, USA, 1946) 14 min
    Un programme de films muets et/ou d’avant-garde, avec notamment la pionnière Alice Guy, Germaine Dulac et Maya Deren.

    Présenté par Caroline Renard samedi 9 mars à 14h30 (séance unique)

    Programme "pionnières et avant-gardistes"

    Séances

    • samedi 9 mars à 14h30
  • OUTRAGE

    (USA, 1950) 1h15 – copie 35 mm
    Réal. Ida Lupino
    Int. Mala Powers, Tod Andrews, Robert Clarke…

    Une jeune employée de bureau, Ann Walton, ne cesse de fuir. Violée à la veille de son mariage, elle sillonne les routes sans but précis. Elle est alors recueillie par un pasteur, qui tente de lui redonner goût à la vie…

    Ida Lupino, star hollywoodienne, a réalisé plusieurs films sur des sujets peu hollywoodiens. Outrage est l’un de ses meilleurs films.

    Présenté par Brigitte Rollet et suivi d’une discussion samedi 9 mars à 18h

    Rencontre avec Brigitte Rollet samedi 9 mars à 16h15 : « Où les femmes ? L’impossible postérité ? »
    Spécialiste des questions de genre et de sexualité sur le grand et le petit écran, Brigitte Rollet est chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et enseignante à Sciences-Po. Elle est l’auteure de Jacqueline Audry – La femme à la caméra (PUR, 2015), et de Femmes et cinéma. Sois belle et tais-toi  (Belin, 2017).

    Outrage

    Séances

    • dimanche 3 mars à 14h30
    • mercredi 6 mars à 20h15
    • samedi 9 mars à 18h00
    • jeudi 14 mars à 16h30
    • mardi 19 mars à 20h30
    • vendredi 22 mars à 14h30
  • OLIVIA

    (Fr., 1951) 1h35 – DCP
    Réal. Jacqueline Audry
    Int. Edwige Feuillère, Yvonne de Bray, Simone Simon…

    Arrivée dans son nouveau pensionnat en France, la jeune Anglaise Olivia découvre un monde de libertés et l’amour en la personne de la directrice, Mlle Julie, en couple avec son associée Mlle Cara. Elle fera l’apprentissage de l’amour, la souffrance, la jalousie et la séparation…

    L’adaptation du roman autobiographique de Dorothy Bussy Olivia, publié sous pseudonyme en 1948 par Leonard Woolf (veuf de Virginia), est pour diverses raisons, le film le plus audacieux de Jacqueline Audry.

    Présenté par Brigitte Rollet vendredi 8 mars à 20h30 et suivi d’une discussion

    Olivia

    Séances

    • samedi 2 mars à 14h30
    • lundi 4 mars à 18h30
    • vendredi 8 mars à 20h30
    • mardi 12 mars à 18h00
    • lundi 18 mars à 20h45
    • jeudi 21 mars à 16h00
  • CLÉO DE 5 À 7

    (Fr., 1962) 1h30 – DCP
    Réal. Agnès Varda
    Int. Corinne Marchand, Loye Payen, Michel Legrand…

    L’action se déroule en temps réel, le 21 juin 1961 à Paris. Cléo, une jeune et belle chanteuse plutôt frivole, craint d’être atteinte d’un cancer. Il est 17 heures et elle doit récupérer les résultats de ses examens médicaux dans 2 heures…

    « Film composite, hybride, rencontre insensée du surréalisme et de la Nouvelle Vague, Cléo ne ressemble à rien de connu. C’est sans doute pour cela que son air du temps est devenu éternel. »

    Frédéric Bonnaud, Les Inrocks
    Cléo de 5 à 7

    Séances

    • samedi 2 mars à 16h30
    • lundi 4 mars à 20h30
    • vendredi 8 mars à 16h30
    • jeudi 14 mars à 14h30
    • samedi 16 mars à 20h30
    • lundi 18 mars à 16h15
    • lundi 25 mars à 18h20
  • LES PETITES MARGUERITES

    Sedmikrasky (Tchécoslovaquie,1966) 1h14 – DCP
    Réal. Věra Chytilová
    Int. Jitka Cerhová, Ivana Karbanová…

    Marie 1 et Marie 2 s’ennuient fermement. Fatiguées de trouver le monde vide de sens, elles décident de jouer le jeu à fond, semant désordres et scandales…

    Actrice et mannequin devenue cinéaste, Věra Chytilová est l’une des premières femmes à avoir suivi l’enseignement de la prestigieuse école de cinéma pragoise FAMU. Les Petites marguerites est son film le plus célèbre.

    Présenté par Christine Ishkinazi, programmatrice du Festival « Films Femmes Méditerranée », et suivi d’une discussion mardi 19 mars à 18h30

    Les Petites marguerites

    Séances

    • samedi 2 mars à 18h20
    • jeudi 7 mars à 20h30
    • mercredi 13 mars à 16h20
    • mardi 19 mars à 18h30
    • lundi 25 mars à 14h30
  • WANDA

    (USA, 1970) 1h42 – DCP
    Réal. Barbara Loden
    Int. Barbara Loden, Michael Higgins, Dorothy Shupenes…

    Wanda est une jeune femme qui se laisse partir à la dérive. Après avoir quitté son mari et ses enfants, elle rencontre M. Dennis, voleur de piètre ampleur, et le suit sur les routes américaines…

    Barbara Loden, actrice, mariée à Elia Kazan, écrit le scénario de Wanda, réalise le film (premier film en tant que réalisatrice, et dernier film aussi – faute d’argent, faute de temps puisqu’elle meurt d’un cancer, en 1980, à 48 ans) et en interprète le rôle-titre : Wanda.

    Wanda

    Séances

    • samedi 2 mars à 20h00
    • lundi 4 mars à 16h30
    • mercredi 6 mars à 18h10
    • lundi 11 mars à 18h30
    • dimanche 24 mars à 14h30
    • mardi 26 mars à 20h30
  • LA PEAU

    La Pelle (It./Fr., 1981) 2h11 – DCP
    Réal. Liliana Cavani, d’après Curzio Malaparte
    Int. Marcello Mastroianni, Ken Marshall, Alexandra King…

    Naples, 1943, après le débarquement américain. Malaparte, officier de l’armée italienne de libération, doit négocier avec ceux qui détiennent les prisonniers allemands et faire face à la misère des habitants et à la prostitution…

    Habituée des polémiques, Liliana Cavani n’a pas dérogé à la règle avec La Peau, présenté au festival de Cannes en 1981, en raison de scènes sanglantes.

    La Peau

    Séances

    • dimanche 3 mars à 16h15
    • mardi 5 mars à 20h30
    • vendredi 8 mars à 14h00
    • vendredi 15 mars à 18h00
    • mercredi 20 mars à 17h15
    • samedi 23 mars à 14h30
    • lundi 25 mars à 20h15
  • LA LEÇON DE PIANO

    The Piano (Australie/Nelle-Zél., 1993) 2h01 – DCP
    Réal. Jane Campion
    Int. Holly Hunter, Harvey Keitel, Sam Neill…

    Au XIXe siècle, Ada, une jeune femme écossaise, muette, est envoyée en Nouvelle-Zélande avec sa fille. Elle doit y épouser un colon, qu’elle ne connaît pas. Un jour, la jeune femme supplie son voisin, tatoué comme les indigènes, de la conduire à son piano qu’elle a laissé sur la grève…

    Le troisième long métrage de Jane Campion est son plus grand succès public. Palme d’or au Festival de Cannes (ex aequo avec Adieu ma concubine de Chen Kaige), c’est encore aujourd’hui la seule Palme d’or attribuée à une femme.

    La Leçon de piano

    Séances

    • mardi 5 mars à 18h00
    • samedi 9 mars à 20h00
    • lundi 11 mars à 16h15
    • lundi 18 mars à 14h00
    • jeudi 21 mars à 20h30
    • vendredi 22 mars à 18h15
    • dimanche 24 mars à 16h30
  • LA CIÉNAGA

    (Arg./Fr./Esp., 2001) 1h43 – copie 35 mm
    Réal. Lucrecia Martel
    Int. Garciela Borges, Mercedes Moràn, Martìn Adjemiàn…

    Au mois de février, dans les marécages du Nord-Ouest de l’Argentine, la chaleur suffocante se mêle aux pluies tropicales. Non loin de la ville de La Ciénaga se trouve La Mandragore, une propriété rurale dans laquelle Mecha passe l’été avec ses quatre enfants et un mari inexistant …

    « Lucrécia Martel fait partie de ces jeunes cinéastes qui, même s’ils ne l’évoquent pas directement, conservent en eux les traces des drames qui ont secoué leur pays natal et qui hantent fatalement leurs films. »

    Elysabeth François, Chro
    La Ciénaga

    Séances

    • mercredi 6 mars à 14h00
    • lundi 11 mars à 20h30
    • jeudi 14 mars à 18h15
    • dimanche 17 mars à 16h45
    • jeudi 21 mars à 14h00
    • lundi 25 mars à 16h15
  • LA FORÊT DE MOGARI

    Mogari no Mori (Jap./Fr., 2007) 1h37 – copie 35 mm
    Réal. Naomi Kawase
    Int. Shigeki Uda, Machiko Ono, Makiko Watanabe…

    Shigeki vit dans une petite maison de retraite où arrive une nouvelle aide-soignante, Machiko. Ils partagent sans le savoir une douleur liée à la perte d’un être cher. À la suite d’un accident de voiture qui les laisse seuls et désemparés, le vieil homme s’enfonce dans la forêt voisine…

    « La sensation et l’émotion parlent secrètement au creux des arbres et au détour des sentiers, dans l’humidité de l’humus et le doux rayonnement des plantes, d’autant mieux que le film, lui, ne "dit" rien. »

    Charlotte Garson, Cahiers du cinéma
    La Forêt de Mogari

    Séances

    • lundi 4 mars à 14h30
    • dimanche 10 mars à 14h30
    • mardi 12 mars à 20h00
    • samedi 16 mars à 18h30
    • mercredi 20 mars à 20h00
    • vendredi 22 mars à 16h15
  • BANDE DE FILLES

    (Fr., 2014) 1h52 – DCP
    Réal. Céline Sciamma
    Int. Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh…

    Marieme vit ses 16 ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout…

    « Tourné en Seine-Saint-Denis (…), Bande de filles explore le rapport du corps féminin aux grands ensembles. Dans cette architecture abruptement sortie de terre, quelle place peut-il s’approprier alors que la moindre trajectoire désigne en soi une intention ? »

    Raphaëlle Pireyre, Critikat.com
    Bande de filles

    Séances

    • mercredi 6 mars à 16h00
    • vendredi 8 mars à 18h15
    • lundi 11 mars à 14h00
    • mercredi 13 mars à 20h30
    • dimanche 17 mars à 14h30
    • vendredi 22 mars à 20h30
    • samedi 23 mars à 17h30
  • DETROIT

    (USA, 2017) 2h14 – DCP
    Réal. Kathryn Bigelow
    Int. John Boyega, Will Poulter, Algee Smith…

    Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. À Detroit, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations…

    Kathryn Bigelow, l’une des rares réalisatrices de films d’action, reconstitue un épisode des émeutes de Detroit « avec un souci d’exactitude qui [l’]éloigne par la force des pièges et des conforts de la narration hollywoodienne. » (Thomas Sotinel, Le Monde)

    Detroit

    Séances

    • jeudi 7 mars à 14h30
    • dimanche 10 mars à 16h30
    • vendredi 15 mars à 20h30
    • mercredi 20 mars à 14h30
    • samedi 23 mars à 20h00
    • mardi 26 mars à 18h00
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre