institut

LES CLASSIQUES DE L'ÉTÉ

du 24 juin au 29 juillet

Au programme cet été à l’Institut de l’image : comédies, films noirs, classiques méconnus du cinéma italien, un péplum légendaire, un road-movie seventies, mais aussi le dernier film de Frederick Wiseman, inédit à Aix, et le premier long-métrage d’Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or du festival de Cannes 2010 avec Oncle Boonmee.
Une programmation estivale sous le signe de la moiteur tropicale, un voyage cinématographique des Philippines à la Thaïlande en passant par l’Inde, le Brésil et Madagascar.

Image ci-contre : Point Limite zéro (Vanishing Point) de Richard Sarafian

Tous les films sont en copies numériques restaurées.

Les Classiques de l'été
  • INFIDÈLEMENT VÔTRE

    Unfaithfully Yours (USA, 1948) 1h45
    Réal. Preston Sturges
    Int. Rex Harrison, Linda Darnell, Rudy Vallee…

    Un célèbre chef d’orchestre, Sir Alfred Carter, est persuadé que sa femme, Daphné, le trompe avec son secrétaire. Au cours d’un concert, inspiré par Rossini, Wagner et Tchaikovski, Sir Alfred imagine trois façons différentes de venger son honneur…

    « En 1948, la grande période du scénariste-réalisateur le mieux payé d’Hollywood, Preston Sturges, est déjà derrière lui. (…) L’auteur de screwball comedy le plus doué de sa génération n’avait pourtant pas dit son dernier mot : la preuve avec cet exercice de style de haute volée. »

    Ophélie Wiel, Critikat.com
    Infidèlement vôtre

    Séances

    • samedi 2 juillet à 20h30
    • dimanche 3 juillet à 16h50
    • mardi 5 juillet à 14h30
    • jeudi 7 juillet à 18h30
    • mercredi 13 juillet à 16h30
    • mardi 19 juillet à 20h30
    • vendredi 22 juillet à 18h15
  • M

    (USA, 1951) 1h28
    Réal. Joseph Losey, d’après le film de Fritz Lang M le maudit
    Int. David Wayne, Howard Da Silva, Martin Gabel…

    Un insaisissable tueur en série est recherché par la police, mais aussi par la pègre qui craint que ses affaires en pâtissent. Débute alors une terrible chasse à l’homme…

    « Reprenant, en les condensant, les péripéties du film de Lang (…), Losey les plonge dans l’Amérique de l’après-guerre, pour réaliser une œuvre à la fois politique et à l’expressionnisme paradoxal. »

    Jean-François Rauger, Le Monde
    M

    Séances

    • mardi 12 juillet à 20h30
    • samedi 16 juillet à 18h40
    • mardi 19 juillet à 14h30
    • jeudi 21 juillet à 18h40
    • samedi 23 juillet à 14h30
    • lundi 25 juillet à 16h30
    • mercredi 27 juillet à 20h00
  • LE FLEUVE

    The River (USA/Fr./Inde, 1951) 1h39
    Réal. Jean Renoir
    Int. Adrienne Corri, Nora Swinburne, Esmond Knight…

    Dans la région de Calcutta, au Bengale, une famille d’expatriés britanniques vit sur les bords du fleuve sacré. La fille aînée, Harriet, jeune adolescente romantique, partage ses loisirs avec Valérie et Melanie. Un jour d’automne arrive le capitaine John…

    Premier film en couleurs de Jean Renoir, adapté d’un roman de Rumer Godden (auteur du Narcisse noir), Le Fleuve a été tourné en Inde où il puise sa magie visuelle et sa langoureuse beauté.

    Vendredi 22 juillet à 16h10 en écho à la journée « Partir en Inde » organisée par la bibliothèque Méjanes dans le cadre de « Partir en livre »

    Le Fleuve

    Séances

    • vendredi 22 juillet à 16h10
    • samedi 23 juillet à 16h20
    • lundi 25 juillet à 20h30
    • jeudi 28 juillet à 18h30
    • vendredi 29 juillet à 16h30
  • LES ÉGARÉS

    Gli sbandati (It., 1954) 1h42
    Réal. Francesco Maselli
    Int. Lucia Bosè, Jean-Pierre Mocky, Isa Miranda…

    Durant l’été 1943, en Lombardie, quatre jeunes aristocrates attendent des jours meilleurs tandis que leur village accueille des réfugiés des bombardements allemands…

    Tourné clandestinement pour contourner la censure, Les Égarés, inédit en France, est le premier long-métrage de Maselli, disciple de Visconti et d’Antonioni. « La délicatesse du jeu et le ton documentaire en font une référence du cinéma post-néoréaliste italien. » (Agathe Debary)

    Les égarés

    Séances

    • mardi 12 juillet à 18h30
    • mercredi 13 juillet à 20h40
    • mardi 19 juillet à 18h20
    • vendredi 22 juillet à 20h30
    • lundi 25 juillet à 14h30
    • mardi 26 juillet à 18h30
    • vendredi 29 juillet à 14h30
  • ORFEU NEGRO

    (Bré./Fr./It., 1959) 1h45
    Réal. Marcel Camus
    Int. Breno Mello, Marpessa Dawn, Lourdes de Oliveira…

    À la veille du carnaval de Rio, Eurydice arrive de la campagne pour y retrouver sa cousine Sérafina. Elle fait la rencontre d’Orphée, conducteur de tramway et artiste adulé par le peuple pour ses qualités de danseur et de guitariste…

    Œuvre singulière et atemporelle, où l’on passe de la comédie sentimentale à la tragédie antique, ou encore au drame fantastique, Orfeu Negro a remporté la Palme d’Or du festival de Cannes et l’Oscar du meilleur film étranger.

    Orfeu Negro

    Séances

    • jeudi 14 juillet à 14h30
    • lundi 18 juillet à 20h30
    • mardi 19 juillet à 16h15
    • mercredi 20 juillet à 18h30
    • samedi 23 juillet à 20h30
    • mardi 26 juillet à 14h30
  • UNE AUSSI LONGUE ABSENCE

    (Fr./It., 1961) 1h25
    Réal. Henri Colpi
    Int. Georges Wilson, Alida Valli, Charles Blavette…

    Depuis la disparition de son mari, déporté par les Allemands en 1944, Thérèse Langlois tient seule son café à Puteaux. Un clochard passe régulièrement devant le café et Thérèse, après quelques hésitations reconnaît formellement son mari, déclaré mort depuis quinze ans…

    Palme d’Or à Cannes en 1961 (avec Viridiana de Buñuel), Une aussi longue absence, co-écrit par Marguerite Duras, fait partie de ces films injustement tombés dans l’oubli, qu’une réédition en copie numérique restaurée permet de redécouvrir enfin.

    Une aussi longue absence

    Séances

    • vendredi 24 juin à 20h30
    • jeudi 30 juin à 14h00
    • vendredi 1er juillet à 18h30
    • lundi 4 juillet à 20h30
    • dimanche 10 juillet à 14h30
    • mardi 12 juillet à 14h30
  • CLÉOPÂTRE

    Cleopatra (USA, 1963) 4h12
    Réal. Joseph L. Mankiewicz
    Int. Elizabeth Taylor, Richard Burton, Rex Harrison…

    En 48 avant J-C, César vient de remporter une victoire décisive sur Pompée. Il se rend en Égypte pour tenter de mettre fin à la guerre qui oppose Ptolémée et sa soeur Cléopâtre, les héritiers du trône…

    Le plus incroyable des péplums hollywoodiens, longtemps considéré comme le film le plus cher de l’histoire du cinéma, « une réflexion amère, tragique et ironique sur la célébrité, le pouvoir et l’ambition » (Patrick Brion).

    Cléopâtre

    Séances

    • dimanche 26 juin à 14h30
    • mercredi 29 juin à 14h30
    • samedi 2 juillet à 14h00
    • mardi 5 juillet à 18h30
    • vendredi 8 juillet à 14h30
    • lundi 11 juillet à 14h00
  • BUNNY LAKE A DISPARU

    Bunny Lake is missing (GB, 1967) 1h47
    Réal. Otto Preminger
    Int. Laurence Olivier, Carol Lynley, Noel Coward…

    Une jeune américaine, Ann Lake, vient d’emménager à Londres avec sa fille Felicia, surnommée « Bunny ». Son frère, Steven, qui habite déjà sur place, l’aide à s’installer. Lorsqu’elle vient chercher Bunny à l’école, la fillette s’est volatilisée…

    « Bunny Lake… est un film somme qui boucle la boucle ouverte avec Laura (1944), l’essentiel de l’œuvre de Preminger se situant entre ces deux titres, qui entretiennent d’ailleurs entre eux de nombreuses correspondances. Comme Laura ou Le Mystérieux docteur Korvo, Bunny Lake a disparu raconte l’histoire d’un fou qui crée un monde parallèle – ou une reconstitution d’un monde qui s’accorde davantage à ses désirs que le monde réel, ce qui pourrait être aussi une définition valable du cinéma. »

    Olivier Père
    Bunny Lake a disparu

    Séances

    • samedi 25 juin à 18h10
    • lundi 27 juin à 20h30
    • vendredi 1er juillet à 14h30
    • mardi 12 juillet à 16h15
    • mercredi 13 juillet à 18h30
    • samedi 16 juillet à 20h30
    • lundi 18 juillet à 18h30
  • POINT LIMITE ZÉRO

    Vanishing Point (USA, 1971) 1h46
    Réal. Richard Sarafian
    Int. Barry Newman, Gilda Texter, Cleavon Little…

    Un homme se lance un pari fou : rejoindre San Francisco en 15h en partant de Denver au volant d’une Dodge Challenger… avec aux trousses la police des États qu’il traverse…

    « Comme Zabriskie Point, tourné sensiblement au même moment, le film de Sarafian échappe constamment au naturalisme, inventant des scènes qui semblent échapper à la réalité. Cette poursuite insensée prend un tour abstrait, celui de l’homme moderne pris par la vitesse, incapable de ralentir sa course vers le néant. »

    J-B Morain, Les Inrocks
    Point limite zéro

    Séances

    • lundi 11 juillet à 20h40
    • jeudi 14 juillet à 16h40
    • samedi 16 juillet à 14h30
    • mercredi 20 juillet à 20h30
    • jeudi 21 juillet à 16h30
    • mardi 26 juillet à 16h30
    • jeudi 28 juillet à 20h30
  • L'AUDIENCE

    L’Udienza (Fr./It., 1971) 1h52
    Réal. Marco Ferreri
    Int. Enzo Jannacci, Claudia Cardinale, Ugo Tognazzi, Michel Piccoli…

    Amedeo a quitté sa ville natale du nord de l’Italie pour Rome avec une idée fixe  : obtenir une audience privée du pape Paul VI auquel il a des révélations très importantes à faire, mais les autorités du Vatican font tout pour l’en empêcher…

    Une œuvre méconnue de Ferreri, qui transpose Le Château de Kafka au Vatican, dans le style caractéristique, féroce et provoquant, du cinéaste italien.

    L'Audience

    Séances

    • vendredi 15 juillet à 17h00
    • lundi 18 juillet à 16h20
    • jeudi 21 juillet à 20h30
    • samedi 23 juillet à 18h15
    • mercredi 27 juillet à 17h30
    • vendredi 29 juillet à 20h30
  • LA FEMME DU DIMANCHE

    La Donna della domenica (It., 1976) 1h45
    Réal. Luigi Comencini
    Int. Jacqueline Bisset, Marcello Mastroianni, Jean-Louis Trintignant…

    Un commissaire de police romain en fonction à Turin enquête sur le meurtre d’un architecte assassiné à coups de phallus en pierre sur la tête. Ses investigations l’amènent à interroger plusieurs membres de la bourgeoisie turinoise…

    « L’intrigue est un pur prétexte pour épingler l’hypocrisie, la corruption morale ou la lâcheté de la haute société (…). le rythme nonchalant du film, qui bénéficie d’une belle et langoureuse musique d’Ennio Morricone, contraste absolument avec les polars habituels. »

    Olivier Père
    La Femme du dimanche

    Séances

    • samedi 16 juillet à 16h40
    • mercredi 20 juillet à 16h30
    • vendredi 22 juillet à 14h00
    • lundi 25 juillet à 18h20
    • mardi 26 juillet à 20h30
    • jeudi 28 juillet à 16h20
    • vendredi 29 juillet à 18h30
  • INSIANG

    (Philippines, 1976) 1h35
    Réal. Lino Brocka
    Int. Hilda Koronel, Mona Lisa, Ruel Vernal…

    Insiang habite un bidonville de Manille avec sa mère, la tyrannique Tonya. Les deux femmes hébergent également la famille du père, parti du domicile conjugal avec sa maîtresse. Insiang se démène pour survivre dans ce quartier dévasté par le chômage et l’alcoolisme…

    « Lino Brocka était une force de la nature du cinéma mondial, et Insiang l’une de ses plus grandes réussites. »

    Martin Scorsese
    Insiang

    Séances

    • vendredi 24 juin à 18h30
    • lundi 27 juin à 14h30
    • mardi 28 juin à 20h30
    • vendredi 1er juillet à 16h30
    • mercredi 6 juillet à 20h30
    • samedi 9 juillet à 14h00
    • lundi 11 juillet à 18h40
  • DO THE RIGHT THING

    (USA, 1989) 2h
    A Spike Lee joint
    Int. Spike Lee, John Turturro, Danny Aiello, Rosie Perez…

    Sal, qui tient une pizzeria dans le quartier Noir de Bed-Stuy, à New York, nourrit depuis des années les jeunes gens qu’il y côtoie tous les jours. Mais le racisme de ses fils, la chaleur d’un été caniculaire et le rap de Public Enemy vont former un mélange explosif…

    Do The Right Thing reste encore aujourd’hui le meilleur film de Spike Lee, une réflexion sur le racisme et sur la cohabitation entre communautés rythmée par le fabuleux morceau de Public Enemy, « Fight The Power ».

    Do The Right Thing

    Séances

    • samedi 25 juin à 20h30
    • mardi 28 juin à 14h30
    • jeudi 30 juin à 20h30
    • dimanche 3 juillet à 14h30
    • lundi 4 juillet à 18h00
    • jeudi 7 juillet à 16h10
    • vendredi 15 juillet à 19h30
  • MYSTERIOUS OBJECT AT NOON

    Dokfa nai meuman (Thaïlande, 2000) 1h28
    Réal. Apichatpong Weerasethakul
    Int. Somsri Pinyopol, Duangjai Hiransri…

    Sillonnant la campagne thaïlandaise, une équipe de tournage demande aux personnes rencontrées en chemin de prendre la parole devant la caméra. Sur le principe du cadavre exquis, chacun invente successivement les péripéties d’un conte étrange…

    « Weerasethakul n’hésite jamais à fabuler dans un contexte purement documentaire. De sorte qu’on a à la fois un panorama de la vie thaïlandaise ordinaire (…), et une rêverie poético-fantastique typique de ce magicien du réel. »

    Vincent Ostria, L’Humanité
    Mysterious Object at Noon

    Séances

    • jeudi 30 juin à 16h00
    • vendredi 1er juillet à 20h30
    • samedi 2 juillet à 18h40
    • mardi 5 juillet à 16h40
    • jeudi 7 juillet à 20h30
    • samedi 9 juillet à 16h00
    • lundi 18 juillet à 14h30
  • IN JACKSON HEIGHTS

    (USA, 2016) 3h10
    Réal. Frederick Wiseman

    Jackson Heights, l’un des quartiers les plus cosmopolites de New York , incarne à lui seul la nouvelle vague d’immigration aux États-Unis et concentre les problématiques communes aux grandes villes occidentales comme l’immigration, l’intégration et le multiculturalisme. Wiseman s’invite dans le quotidien des communautés de ce quartier, filmant leurs pratiques religieuses, politiques, sociales et culturelles, mais aussi leurs commerces et leurs lieux de réunion.

    In Jackson Heights

    Séances

    • samedi 25 juin à 14h30
    • mardi 28 juin à 17h00
    • mercredi 29 juin à 19h15
    • lundi 4 juillet à 14h30
    • mercredi 6 juillet à 16h30
    • vendredi 8 juillet à 19h15
    • dimanche 10 juillet à 16h15
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre