institut

ROBERT BRESSON

du 4 janvier au 24 janvier

L’Institut de l’image rend hommage à Robert Bresson, dont l’œuvre a marqué profondément ce que le cinéaste lui-même appellait le « cinématographe » (« le CINÉMA puise dans un fonds commun. Le cinématographe fait un voyage de découverte sur une planète inconnue »). Des Anges du péché (1943) à L’Argent (1983), cette rétrospective est l’occasion de voir comment le style de Bresson - visant à dénaturer le moins possible les choses, considérant l’acteur comme un « modèle », dans la plus grande économie de moyens et la plus grande précision - s’est progressivement dessiné puis affirmé, à travers des chefs-d’œuvre comme Journal d’un curé de campagne, Pickpocket, Au hasard Balthazar, Mouchette, ou encore Une femme douce.
Le cinéaste Jean-Charles Fitoussi et l’actrice Florence Delay (interprète principale du Procès de Jeanne d’Arc) viendront parler de leur propre rencontre avec Bresson, et avec ses films.

Photo ci-dessus : Au hasard Balthazar (1966)

Robert Bresson
  • LES ANGES DU PÉCHÉ

    (Fr., 1943) 1h37 – copie 35 mm
    Réal. Robert Bresson
    Int. Renée Faure, Jany Holt, Sylvie…

    Une orgueilleuse jeune fille du monde entre au couvent cloîtré de Bethanie, consacré au relèvement des filles perdues. Elle s’attache à l’une d’elles, délinquante rebelle, et entre en conflit avec la supérieure…

    Le premier long métrage de Bresson (qu’il réalise à 42 ans), sur des dialogues de Jean Giraudoux.

    Les Anges du péché

    Séances

    • mercredi 4 janvier à 14h30
    • jeudi 5 janvier à 20h00
    • lundi 9 janvier à 16h20
    • vendredi 13 janvier à 18h20
    • dimanche 15 janvier à 14h30
    • vendredi 20 janvier à 16h15
  • LES DAMES DU BOIS DE BOULOGNE

    (Fr., 1945) 1h23 – copie 35 mm
    Réal. Robert Bresson, d’après Diderot
    Dial. Jean Cocteau
    Int. Maria Casarès, Elina Labourdette, Paul Bernard…

    Hélène, blessée par son amant qui la délaisse et lui échappe, manigance un plan pour se venger…

    « Bresson Cocteau, c’est évidemment la rencontre fructueuse (…) entre deux grands artistes modernes, qui se rejoignent dans leur mépris des conventions du cinéma français académique, et leur soif d’absolu. »

    Olivier Père, Arte.tv
    Les Dames du bois de Boulogne

    Séances

    • mercredi 4 janvier à 16h30
    • jeudi 5 janvier à 18h00
    • samedi 7 janvier à 20h00
    • vendredi 13 janvier à 14h30
    • mardi 17 janvier à 14h30
    • vendredi 20 janvier à 18h30
  • JOURNAL D'UN CURÉ DE CAMPAGNE

    (Fr., 1951) 1h50 – copie 35 mm
    Réal. Robert Bresson, d’après Georges Bernanos
    Int. Claude Laydu, Adrien Borel…

    Un jeune prêtre est nommé à Ambricourt, paroisse du pays d’Artois. De santé précaire, de caractère solitaire, il se heurte à l’hostilité des villageois…

    « Bresson (…) évoque les grands films muets. La silhouette noire découpée sur la campagne lugubre est celle d’un singulier vampire. Le contraire d’un vampire, en fait : un homme qui se vide en offrant à qui veut sa passion vacillante. »

    François Gorin, Télérama.fr
    Journal d'un curé de campagne

    Séances

    • mercredi 4 janvier à 18h20
    • vendredi 6 janvier à 20h00
    • dimanche 8 janvier à 17h00
    • mercredi 11 janvier à 18h15
    • lundi 16 janvier à 14h30
    • samedi 21 janvier à 20h15
  • UN CONDAMNÉ À MORT S'EST ÉCHAPPÉ

    (Fr., 1956) 1h39 – copie numérique (DCP)
    Réal. Robert Bresson
    Int. François Leterrier, Charles Le Clainche…

    Sous l’Occupation, le lieutenant Fontaine est arrêté par les Allemands et condamné à mort. Dans sa cellule, il attend chaque jour son exécution. Son seul espoir, l’évasion…

    « Pour moi, Un condamné à mort… est le film français le plus décisif de ces dix dernières années. Le film qui en son principe constituait d’abord une expérience extrêmement périlleuse est devenu une œuvre émouvante et neuve grâce au génie obstiné de Robert Bresson… »

    François Truffaut (1956)


    Présenté par Jean-Charles Fitoussi (cinéaste – Les jours où je n’existe pas, Je ne suis pas morte… – et ancien assistant de Straub et Huillet), et suivi d’un débat samedi 7 janvier à 14h30.
    Un condamné à mort s'est échappé

    Séances

    • jeudi 5 janvier à 16h00
    • samedi 7 janvier à 14h30
    • mercredi 11 janvier à 20h30
    • lundi 16 janvier à 18h30
    • samedi 21 janvier à 16h30
    • lundi 23 janvier à 14h00
  • PICKPOCKET

    (Fr., 1959) 1h15 – DCP
    Réal. Robert Bresson
    Int. Martin La Salle, Marika Green, Jean Pelegri…

    Michel, mû par un complexe de supériorité, devient pickpocket, assuré que « certains êtres devraient avoir le droit de voler en toute liberté »…

    « L’âme d’un pickpocket, la main d’un pickpocket… Il y a du merveilleux dans le vol à la tire. Avez-vous déjà ressenti le trouble que met dans l’air la présence d’un voleur ? C’est inexplicable. Mais le cinéma est bien le domaine de l’inexplicable. »

    Robert Bresson


    Séance animée par Marilyn Alligier, professeur d’histoire et de cinéma au lycée Cézanne, jeudi 12 janvier à 14h
    Pickpocket

    Séances

    • mercredi 4 janvier à 20h30
    • vendredi 6 janvier à 14h30
    • jeudi 12 janvier à 14h00
    • samedi 14 janvier à 16h00
    • mercredi 18 janvier à 20h00
    • vendredi 20 janvier à 14h30
  • LE PROCÈS DE JEANNE D'ARC

    (Fr., 1962) 1h05 – copie 35 mm
    Réal. Robert Bresson
    Int. Florence Delay, Jean-Claude Fourneau…
    Prix spécial du Jury Cannes 1962

    Capturée par des soldats français du parti adverse devant Compiègne puis vendue aux Anglais, Jeanne d’Arc est emprisonnée depuis plusieurs mois dans une chambre du château de Rouen…

    Mardi 24 janvier à 20h, en présence de Florence Delay, écrivaine, traductrice, essayiste… invitée des Écritures Croisées à l’occasion de la rencontre hommage qui lui est consacrée "La constance de la girouette".

    Le Procès de Jeanne d'Arc

    Séances

    • jeudi 5 janvier à 14h30
    • lundi 9 janvier à 20h30
    • dimanche 15 janvier à 16h40
    • mercredi 18 janvier à 18h30
    • mardi 24 janvier à 20h00
  • AU HASARD BALTHAZAR

    (Fr./Suè., 1966) 1h36 – DCP
    Réal. Robert Bresson
    Int. Anne Wiazemsky, François Lafarge…

    L’histoire de l’âne Balthazar et de ses maîtres successifs. La première est Marie, auprès de qui il mène une vie heureuse…

    « Au hasard Balthazar est un récit initiatique dont l’âne Balthazar est le héros, et la jeune fille Marie, interprétée par Anne Wiazemsky, son double. Sorte de récit picaresque ou chaplinesque (…) où est résumée l’entièreté d’une vie (…), entre la caresse et la souffrance… »

    Marie Gueden, Critikat.com
    Au hasard Balthazar

    Séances

    • vendredi 6 janvier à 16h15
    • mardi 10 janvier à 20h15
    • samedi 14 janvier à 18h00
    • mercredi 18 janvier à 14h30
    • samedi 21 janvier à 14h30
    • lundi 23 janvier à 16h00
  • MOUCHETTE

    (Fr., 1967) 1h21 – DCP
    Réal. Robert Bresson, d’après Georges Bernanos
    Int. Nadine Nortier, Jean-Claude Guilbert, Marie Cardinal…

    Mouchette, une adolescente taciturne (son père est un contrebandier alcoolique et sa mère est gravement malade) vit, solitaire, dans un petit village. Un soir d’orage, alors qu’elle rentre de l’école, elle s’égare dans la forêt, et accepte l’hospitalité d’un braconnier…

    « Mon film remue des choses cruelles, sans appuyer (…) : l’alcoolisme, la calomnie, la médisance, l’envie. J’y montre des regards qui tuent. »

    Robert Bresson
    Mouchette

    Séances

    • vendredi 6 janvier à 18h15
    • mardi 10 janvier à 16h30
    • jeudi 12 janvier à 20h30
    • mercredi 18 janvier à 16h30
    • vendredi 20 janvier à 20h30
    • dimanche 22 janvier à 14h30
  • UNE FEMME DOUCE

    (Fr., 1969) 1h30 – DCP
    Réal. Robert Bresson, d’après Dostoïevski
    Int. Dominique Sanda, Guy Frangin, Jeanne Lobre…

    Une jeune femme vient de se suicider. Près du corps, sous le regard de la vieille servante, le mari s’interroge et revit leur passé…

    « Comme toujours chez Bresson, c’est de captivité et d’évasion dont il est question, et à ce titre Une Femme douce offre un parfait condensé des obsessions bressoniennes, toujours un peu plus poussées vers l’épure tranchante du trait et l’art de la métonymie. »

    Amélie Dubois, Les Inrocks
    Une femme douce

    Séances

    • lundi 9 janvier à 14h30
    • vendredi 13 janvier à 16h15
    • samedi 14 janvier à 20h00
    • mardi 17 janvier à 18h15
    • jeudi 19 janvier à 14h00
    • lundi 23 janvier à 20h00
  • LANCELOT DU LAC

    (Fr./It., 1974) 1h25 – copie 35 mm
    Réal. Robert Bresson
    Int. Luc Simon, Laura Duke Condominas, Humbert Balsan…

    Après l’échec de la quête du Graal, les chevaliers de la Table Ronde reviennent à la cour du roi Arthur. Parmi eux, Lancelot s’éprend de la reine Guenièvre et subit pour elle une série d’épreuves. Mais le jeu des passions conduira à l’anéantissement final d’Arthur et de ses chevaliers…

    Présenté par Jean-Charles Fitoussi et suivi d’un débat samedi 7 janvier à 17h30

    Lancelot du lac

    Séances

    • samedi 7 janvier à 17h30
    • mardi 10 janvier à 14h30
    • vendredi 13 janvier à 20h30
    • lundi 16 janvier à 16h40
    • lundi 23 janvier à 18h00
  • LE DIABLE PROBABLEMENT

    (Fr., 1977) 1h40 – copie 35 mm
    Réal. Robert Bresson
    Int. Antoine Monnier, Tina Irissari, Henri de Maublanc…

    Au cimetière du Père Lachaise, on retrouve le cadavre de Charles, 20 ans, deux balles dans la tête. Quelques semaines plus tôt…

    « Ce qui m’a poussé à faire cette œuvre, c’est le gâchis qu’on a fait de tout. C’est cette civilisation de masse où bientôt l’individu n’existera plus (…) C’est aussi la stupéfiante indifférence des gens, sauf de certains jeunes, plus lucides. »

    Robert Bresson

    Le film est également programmé dans le cadre du cours de cinéma mardi 24 janvier à 13h30
    Le Diable probablement

    Séances

    • lundi 9 janvier à 18h30
    • mercredi 11 janvier à 16h00
    • lundi 16 janvier à 20h30
    • mardi 17 janvier à 16h15
    • dimanche 22 janvier à 16h15
  • L'ARGENT

    (Fr./Suisse, 1983) 1h25 – DCP
    Réal. Robert Bresson, d’après Tolstoï
    Int. Christian Patey, Vincent Risterucci, Caroline Lang…

    Pour être entré en possession, tout à fait innocemment, d’un faux billet de cinq cents francs, Yvon va être victime d’une série d’injustices qui le pousseront au meurtre…

    Le dernier film de Bresson, sur « le pouvoir maléfique de l’argent », et « l’indifférence aveugle du réel (qui) en redistribue le terrible pouvoir, par ces circuits détournés d’en dessous de la conscience… » (Robert Bresson)

    Présenté par Jean-Charles Fitoussi dimanche 8 janvier à 14h30

    L'Argent

    Séances

    • dimanche 8 janvier à 14h30
    • mardi 10 janvier à 18h20
    • mardi 17 janvier à 20h15
    • jeudi 19 janvier à 16h00
    • samedi 21 janvier à 18h30
    • mardi 24 janvier à 18h00
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre