institut

YASUJIRO OZU

« Yasujirô Ozu est une référence essentielle pour définir ce qu’est le cinéma. Le génie d’Ozu consiste à allier la banalité touchante d’histoires simples à la surprenante radicalité de la mise en scène. Ses films, tournés quasi exclusivement au studio de la Shochiku de 1927 à 1962, rendent sensible le passage du temps en articulant le quotidien au dramatique, le rituel au trivial. Son œuvre à l’évidente beauté et à la richesse inépuisable exprime au mieux le sentiment de la vie. »

Diane Arnaud


10 films en copies numériques restaurées.

Image ci-contre : Voyage à Tokyo (1953)
Yasujiro Ozu
  • PRINTEMPS TARDIF

    Banshun (Jap., 1949) 1h48
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Chishu Ryu, Setsuko Hara, Yumeji Tsukioka…

    Noriko a vingt ans et vit heureuse aux côtés de son père veuf à Kamakura. Elle doit le quitter pour se marier. Afin de l’inciter à accepter un prétendant, son père lui fait croire qu’il va se remarier…

    Élu Meilleur film de l’année 1949 par la critique japonaise, Printemps tardif inaugure la période la plus célèbre de l’œuvre d’Ozu.

    Printemps tardif

    Séances

    • samedi 3 novembre à 14h30
    • lundi 5 novembre à 20h00
    • dimanche 11 novembre à 17h00
    • samedi 17 novembre à 18h00
    • mardi 20 novembre à 20h30
    • lundi 26 novembre à 18h00
  • ÉTÉ PRÉCOCE

    Bakushu (Jap., 1951) 2h05
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Chishu Ryu, Setsuko Hara, Chikage Awashima…

    Dans le Tokyo d’après-guerre, un couple âgé vit avec ses deux enfants, sa belle-fille et leurs petits-enfants. À presque 30 ans, Noriko, leur fille, ne souhaite toujours pas se marier et préfère vivre libre et travailler…

    Ozu dresse le portrait d’une femme résolument moderne à travers le personnage de Noriko. Sans chercher à bousculer les traditions, celle-ci affirme son indépendance en faisant ses propres choix.

    Été précoce

    Séances

    • samedi 3 novembre à 16h45
    • mardi 6 novembre à 14h30
    • vendredi 9 novembre à 20h30
    • vendredi 16 novembre à 17h30
    • lundi 26 novembre à 20h15
    • jeudi 29 novembre à 17h00
  • LE GOÛT DU RIZ AU THÉ VERT

    Ochazuke no aji (Jap., 1952) 1h56
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Shin Saburi, Michiyo Kogure, Koji Tsuruta…

    Mariée à Mokichi par arrangement, Taeko mène une vie de couple décevante. Le dialogue entre les deux époux, plongés chacun dans leurs activités, se fait de plus en plus rare…

    Ozu délaisse ici la chronique familiale générationnelle pour réaliser une étude de mœurs sur la vie de couple et ses aléas, considérée comme l’une de ses plus belles réussites.

    Le Goût du riz au thé vert

    Séances

    • dimanche 4 novembre à 14h30
    • mardi 6 novembre à 17h00
    • jeudi 8 novembre à 20h45
    • lundi 12 novembre à 14h30
    • mardi 27 novembre à 18h00
    • vendredi 30 novembre à 19h45
  • VOYAGE À TOKYO

    Tokyo Monogatari (Jap., 1953) 2h20
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int : Setsuko Hara, Chishu Ryu, Chieko Higashiyama…

    Un couple de gens âgés décide de rendre visite à ses enfants à Tokyo. D’abord accueillis avec les égards qui leur sont dus, les parents s’avèrent bientôt dérangeants…

    « Pour qui veut étudier le cinéma d’Ozu, le plus naturel est de commencer par Voyage à Tokyo. Tout le monde s’accorde à voir dans ce film, réalisé par Ozu (…) à l’âge de 50 ans, l’œuvre la plus aboutie de sa carrière. »

    Kiju Yoshida, Ozu ou l’anti-cinéma
    Voyage à Tokyo

    Séances

    • samedi 3 novembre à 19h30
    • lundi 5 novembre à 14h30
    • mercredi 7 novembre à 17h20
    • mardi 13 novembre à 18h00
    • vendredi 16 novembre à 20h00
    • samedi 1er décembre à 16h30
  • PRINTEMPS PRÉCOCE

    Soshun (Jap., 1956) 2h24
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Ryo Ikebe, Chikage Awashima, Keiko Kishi…

    Huit ans après son mariage, un jeune employé de bureau est lassé de son travail et de sa femme. Il a une petite aventure avec une collègue. Sa femme l’apprend et quitte le domicile conjugal…

    « Pour schématiser à l’extrême, Ozu est parti du burlesque américain, puis a quasiment inventé le néoréalisme, avant d’opter pour une introversion à la Bergman. Il y a de tout chez Ozu, y compris des oeuvres hybrides synthétisant ses tendances contradictoires. »

    Vincent Ostria, Les Inrockuptibles
    Printemps précoce

    Séances

    • dimanche 4 novembre à 16h45
    • mercredi 7 novembre à 14h30
    • samedi 10 novembre à 20h00
    • vendredi 16 novembre à 14h30
    • mercredi 28 novembre à 17h00
    • jeudi 29 novembre à 19h30
  • CRÉPUSCULE À TOKYO

    Tokyo Boshoku (Jap., 1957) 2h20
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Setsuko Hara, Ineko Arima, Chishu Ryu…

    Takako vient de quitter son mari pour aller vivre avec son père et sa jeune sœur. Lorsqu’elle apprend que sa mère est de retour après plusieurs années et qu’elle tient un salon de jeu, Takako vient lui demander de ne pas révéler son existence à sa sœur…

    Œuvre à part, d’une noirceur singulière dans la filmographie d’Ozu (et son dernier film en noir et blanc), Crépuscule à Tokyo dépeint les mœurs de la jeunesse d’après-guerre.

    Crépuscule à Tokyo

    Séances

    • lundi 5 novembre à 17h15
    • jeudi 8 novembre à 14h30
    • samedi 10 novembre à 17h00
    • lundi 12 novembre à 19h30
    • mercredi 28 novembre à 20h00
    • vendredi 30 novembre à 14h30
  • FLEURS D'ÉQUINOXE

    Higanbana (Jap., 1958) 1h58
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Shin Saburi, Kinuyo Tanaka, Ineko Arima…

    Wataru Hirayama, qui tient auprès de ses amis un discours progressiste sur l’amour et le mariage, refuse pourtant que sa fille épouse l’homme qu’elle aime…

    Le premier film en couleurs d’Ozu.
    « Dans ce film, j’ai mis l’accent sur certains parents qui sont opposés aux idées complètement nouvelles de leurs filles. » (Ozu)

    Fleurs d'équinoxe

    Séances

    • mercredi 7 novembre à 20h00
    • samedi 10 novembre à 14h30
    • lundi 12 novembre à 17h00
    • samedi 17 novembre à 20h15
    • mercredi 21 novembre à 16h15
    • jeudi 29 novembre à 14h30
  • BONJOUR

    Ohayo (Jap., 1959) 1h34
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Chishu Ryu, Kuniko Miyake, Koji Shidara…

    Deux jeunes garçons vivent avec leurs parents dans un lotissement de la banlieue de Tokyo. Après une dispute, leur père leur ordonne de se taire. Ils le prennent au mot et refusent alors de parler à quiconque…

    Présenté par Catherine Cadou (réalisatrice, interprète et traductrice, collaboratrice d’Akira Kurosawa) mardi 6 novembre à 19h30

    Bonjour

    Séances

    • mardi 6 novembre à 19h30
    • vendredi 9 novembre à 14h00
    • jeudi 15 novembre à 16h15
    • lundi 19 novembre à 20h45
    • mercredi 21 novembre à 18h30
    • samedi 1er décembre à 14h30
  • FIN D'AUTOMNE

    Akibiyori (Jap., 1960) 2h08
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. Setsuko Hara, Yoko Tsukasa…

    Trois vieux amis se réunissent lors d’une cérémonie en mémoire à leur ami Miwa, décédé il y a quelques années. Ils y retrouvent Akiko, la veuve du défunt dont ils étaient tous amoureux dans leur jeunesse, et sa fille, la jolie Ayako…

    Sur une intrigue proche de celle de Printemps tardif (où une jeune fille refuse de se marier pour ne pas abandonner son père veuf), Ozu poursuit son travail sur la couleur et livre une nouvelle étude des mœurs nippones, à la fois délicate et sensible.

    Fin d'automne

    Séances

    • vendredi 9 novembre à 16h00
    • dimanche 11 novembre à 14h30
    • mardi 13 novembre à 20h30
    • mardi 20 novembre à 18h00
    • mercredi 28 novembre à 14h30
    • samedi 1er décembre à 19h30
  • LE GOÛT DU SAKÉ

    Samma no aji (Jap., 1962) 1h55
    Réal. Yasujirô Ozu
    Int. : Chishu Ryu, Shima Iwashita, Shinichiro Mikami…

    Shuhei Hirayama, veuf, vit avec sa fille et son fils cadet. Il fréquente quelques amis avec qui il boit du saké. L’un d’entre eux vient de se remarier avec une femme très jeune et le pousse à en faire autant…

    Dernier film d’Ozu, Le Goût du saké est aussi l’un de ses récits les plus touchants et les plus personnels, et marque l’aboutissement de son style.

    Le Goût du saké

    Séances

    • vendredi 9 novembre à 18h20
    • mercredi 14 novembre à 20h30
    • jeudi 15 novembre à 14h00
    • mardi 27 novembre à 20h30
    • vendredi 30 novembre à 17h15
    • dimanche 2 décembre à 14h30
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre