institut

ÉVASIONS#2

Pour cette deuxième partie du cycle « Évasions », l’Asie est à l’honneur à travers les cinémas hongkongais et japonais, avec notamment la réédition-événement de la trilogie des Musashi d’Hiroshi Inagaki, classiques du film de sabre japonais, La Vengeance d’un acteur (où se croisent cinéma et théâtre kabuki), ou Le Soupir des vagues, un nouvel inédit de Kôji Fukada. Côté Hong-Kong, deux grands cinéastes complèteront cet été asiatique : Tsui Hark avec Le Festin chinois, où cuisine et arts martiaux se marient de façon spectaculaire, et Wong Kar-wai avec In the Mood for Love, évasion mélancolique.
Un autre continent, l’Afrique, sera représenté avec Le Mandat du cinéaste sénégalais Ousmane Sembène associé à un documentaire sur le « père du cinéma Africain ».
Sans oublier quelques grands classiques du cinéma de la fuite, du rêve, ou de l’évasion : la comédie de Lubitsch Le ciel peut attendre, le chef-d’œuvre du néo-réalisme italien Stromboli, celui de la Nouvelle Vague française À Bout de souffle (en copies restaurées), Le Magicien d’Oz (programmé en vf pour le Ciné des jeunes, mais avec quelques séances supplémentaires en vo pour les plus grands), et enfin une œuvre onirique de Marcel Carné qui nous permettra peut-être de trouver « la clef des songes ».

Image en haut de page : La Vengeance d’un acteur (Kon Ichikawa, 1963)

Jusqu’à la fin de notre cycle Évasions#2 le 31 juillet, la jauge de la salle Armand Lunel sera limitée à 49 personnes afin de vous éviter la présentation du pass sanitaire (rassurez-vous les réservations ne seront pas nécessaires). Le masque reste obligatoire dans la salle.

Une exception : la séance du Ciné des jeunes du 28 juillet à 14h30 (Fantastic Mr Fox). En raison de la présence de centres aérés, donc d’un public plus nombreux, le pass sanitaire sera demandé à toute personne de plus de 18 ans pour cette séance uniquement.

Le cinéma sera ensuite fermé au mois d’août pour congés, nous vous tiendrons au courant des dispositions qui seront prises à la rentrée, pour la reprise de nos projections.

Évasions#2
  • LE MAGICIEN D'OZ

    The Wizard of Oz (USA, 1939) 1h42 (vostf)
    Réal. Victor Fleming, d’après L. Frank Baum
    Int. Judy Garland, Frank Morgan Ray Bolger…
    Tous publics

    Dorothy vit avec son oncle et sa tante dans leur ferme du Kansas. Une nuit, elle est emportée par une tornade qui l’emmène jusqu’au pays d’Oz, où elle doit se mettre en quête du Magicien qui pourra la ramener chez elle. Mais la méchante sorcière de l’ouest ne l’entend pas ainsi…

    Un classique du merveilleux et de la comédie musicale, programmé au Ciné des jeunes. Quelques séances supplémentaires en vostf pour les fans de Judy Garland et de l’homme en fer blanc !

    Le Magicien d'Oz

    Séances

    • dimanche 4 juillet à 16h40
    • vendredi 16 juillet à 20h30
    • mardi 20 juillet à 18h20
  • LE CIEL PEUT ATTENDRE

    Heaven Can Wait (USA, 1943) 1h53
    Réal. Ernst Lubitsch
    Int. Gene Tierney, Don Ameche, Charles Coburn…

    Henry Van Cleve, un homme qui aimait un peu trop les femmes, se présente spontanément à la porte de l’enfer le jour de sa mort, convaincu que le paradis lui sera refusé. Lucifer, très affable, l’accueille, et ensemble, ils remontent le cours de l’existence du séducteur pour décider s’il est vraiment indigne du paradis…

    « L’examen d’une vie, ses bonheurs, ses manques, ses pertes. Sublime de bout en bout. »

    Murielle Joudet, Les Inrockuptibles
    Le ciel peut attendre

    Séances

    • jeudi 1er juillet à 20h30
    • samedi 3 juillet à 14h30
    • mardi 6 juillet à 18h20
    • vendredi 9 juillet à 16h20
    • mercredi 14 juillet à 14h30
    • samedi 17 juillet à 20h15
    • dimanche 25 juillet à 16h30
  • STROMBOLI

    Stromboli, Terra di Dio (It., 1950) 1h45
    Réal. Roberto Rossellini
    Int. Ingrid Bergman, Mario Vitale…

    Assignée dans un camp de réfugiés, Karin, une jeune Lituanienne, ne peut quitter l’Italie de l’après-guerre. Dans ces moments difficiles, elle accepte d’épouser Antonio, jeune pêcheur de l’île volcanique de Stromboli. Mais la vie sur l’île devient rapidement un enfer pour elle…

    « Le cinéaste observe, à travers les épreuves de cette femme, et dans les moindres frémissements de son visage, le cheminement d’une grâce qui, aux cimes du désespoir, l’instruit de la terrible beauté de l’existence. »

    Mathieu Macheret
    Stromboli

    Séances

    • jeudi 1er juillet à 14h00
    • vendredi 2 juillet à 18h30
    • mardi 6 juillet à 16h15
    • samedi 10 juillet à 20h30
    • mercredi 14 juillet à 16h45
    • vendredi 23 juillet à 18h20
    • samedi 31 juillet à 14h30
  • JULIETTE OU LA CLEF DES SONGES

    (Fr., 1951) 1h32
    Réal. Marcel Carné
    Int. Gérard Philipe, Suzanne Cloutier…

    Michel a volé par amour. Dans sa prison, il songe à Juliette, la jeune fille qu’il aime et qui, probablement l’a oublié. Au cours de sa rêverie, une lumière inconnue envahit sa cellule et il est entrainé vers un village de rêve dont les habitants semblent avoir perdu la mémoire. Juliette, elle, est retenue par un mystérieux châtelain, fort jaloux, qu’elle doit épouser…

    « Une oeuvre d’une poésie aussi pure et aussi vraie que l’était celle des Visiteurs du soir, du même Carné. »

    Le Monde (mai 1951)
    Juliette ou la clef des songes

    Séances

    • mercredi 30 juin à 20h15
    • samedi 3 juillet à 18h40
    • vendredi 9 juillet à 14h30
    • mardi 13 juillet à 16h40
    • jeudi 15 juillet à 18h30
    • dimanche 18 juillet à 14h30
    • jeudi 22 juillet à 20h30
  • LA LÉGENDE DE MUSASHI

    TRILOGIE MUSASHI

    Miyamoto Musashi (Jap., 1954) 1h34
    Réal. Hiroshi Inagaki
    Int. Toshirô Mifune, Takashi Shimura…

    Japon, 1600. Jeune homme fruste rejeté par les siens, Takezo rêve de devenir samouraï pour recueillir gloire et honneurs. Avec son ami Matahachi, il part au combat mais se retrouve rapidement du côté des vaincus…

    Produite par la célèbre compagnie Toho, la trilogie Musashi a contribué à faire connaître le cinéma japonais à travers le monde. Oscar du meilleur film étranger en 1956, Musashi a également permis à Toshirô Mifune de confirmer son statut de star internationale. Inspirée de la vie de Miyamoto Musashi, samouraï et philosophe ayant réellement existé, la trilogie représente le meilleur du cinéma d’aventure des grands studios nippons de l’époque.

    La Légende de Musashi

    Séances

    • jeudi 1er juillet à 16h10
    • samedi 3 juillet à 16h45
    • mercredi 7 juillet à 20h15
    • vendredi 9 juillet à 18h30
    • dimanche 11 juillet à 14h00
    • samedi 17 juillet à 18h20
    • mardi 20 juillet à 20h30
  • DUEL À ICHIJOJI

    TRILOGIE MUSASHI

    Ichijoji no ketto (Jap., 1955) 1h44
    Réal. Hiroshi Inagaki
    Int. Toshirô Mifune, Michiyo Kogure, Mariko Okada…

    Devenu un samouraï particulièrement doué, Takezo – rebaptisé Musashi – remporte tous ses combats mais chacune de ses victoires lui attire davantage de haine et de défis. Il ne parvient plus à contrôler le mécanisme de violence qu’il a lui-même déclenché…

    « Cette saga se dévore comme les grands feuilletons des quotidiens au début du siècle, n’ayant peur ni des clichés ni des enluminures. À chaque film-étape, le souffle de l’épique se fait plus puissant, accompagnant les turpitudes croissantes d’un héros ne connaissant que deux facettes : l’exaltation du combat et une certaine désespérance face aux lois de l’humanité, bien plus complexes que celle du sabre. »

    Alex Masson, Les Inrockuptibles
    Duel à Ichijoji

    Séances

    • dimanche 4 juillet à 14h30
    • jeudi 8 juillet à 20h15
    • dimanche 11 juillet à 16h00
    • vendredi 16 juillet à 18h20
    • mardi 20 juillet à 14h00
    • samedi 24 juillet à 16h40
    • mercredi 28 juillet à 16h30
  • LA VOIE DE LA LUMIÈRE

    TRILOGIE MUSASHI

    Ketto Ganryujima (Jap., 1956) 1h45
    Réal. Hiroshi Inagaki
    Int. Toshirô Mifune, Kaoru Yachigusa…

    Miraculeusement réchappé d’un combat à quatre-vingt contre un, Musashi renonce à se battre. Son ennemi acharné le défie. Musashi part méditer une année durant dans un endroit secret, car il sait que ce combat sera le dernier…

    « J’ai rencontré les plus grands sabreurs du Japon et survécu à plus de soixante duels. Puis je me suis mis à réfléchir sur ma vie. »

    Miyamoto Musashi
    La Voie de la lumière

    Séances

    • vendredi 9 juillet à 20h30
    • dimanche 11 juillet à 18h00
    • jeudi 15 juillet à 16h20
    • mardi 20 juillet à 16h10
    • samedi 24 juillet à 18h45
    • mercredi 28 juillet à 20h40
    • vendredi 30 juillet à 16h30
  • À BOUT DE SOUFFLE

    (Fr., 1959) 1h30
    Réal. Jean-Luc Godard
    Int. Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg, Daniel Boulanger…

    Michel Poiccard vole une voiture à Marseille et prend la route pour Paris. Arrêté par un motard, il lui tire dessus avec un revolver trouvé dans la voiture… Arrivé à Paris, il se met à la recherche d’une fille, Patricia, qui vend le New York Herald Tribune sur les Champs-Élysées…

    « C’est tout sauf une histoire. C’est une série noire. C’est une série B. C’est une question de vie ou de mort. C’est le cinéma qui sort de ses gonds. C’est Paris, 1959. C’est Michel Poiccard. C’est Jean-Luc Godard. »

    Mathieu Macheret, Critikat
    À Bout de souffle

    Séances

    • vendredi 2 juillet à 16h40
    • mardi 6 juillet à 20h30
    • jeudi 8 juillet à 16h00
    • samedi 10 juillet à 18h40
    • jeudi 15 juillet à 14h30
    • mardi 27 juillet à 16h30
    • jeudi 29 juillet à 20h30
  • LA VENGEANCE D'UN ACTEUR

    Yukinojô henge (Jap., 1963) 1h49
    Réal. Kon Ichikawa
    Int. Kazuo Hasegawa, Ayako Wakao, Fujiko Yamamoto…

    Yukinojo, célèbre acteur de kabuki, vient jouer à Edo avec sa troupe. Un soir, sur scène, il reconnaît dans le public les trois hommes qui ont provoqué la ruine et le suicide de ses parents. À l’époque, il avait alors juré de les venger coûte que coûte…

    « La Vengeance d’un acteur est un film en tous points fascinant, un drame somptueusement filmé aux accents shakespeariens empli de zones d’ombres et de coups de sabre étincelants, d’étreintes et de bruits feutrés, de bruit et de fureur contenus. »

    Alain Korkos, Gone Hollywood
    La Vengeance d'un acteur

    Séances

    • mercredi 30 juin à 18h00
    • vendredi 2 juillet à 20h40
    • mardi 6 juillet à 14h00
    • samedi 10 juillet à 14h30
    • vendredi 16 juillet à 14h00
    • mercredi 21 juillet à 18h30
    • jeudi 29 juillet à 16h20
  • LE MANDAT

    Mandabi (Sénégal, 1968) 1h30
    Réal. Ousmane Sembène

    Le jour où le facteur apporte à Ibrahima Dieng un mandat de 25 000 francs CFA de la part de son neveu, immigré à Paris, Ibrahima se montre généreux. Dans le quartier la nouvelle se répand et il aide sa famille et ses voisins, mais sans carte d’identité la poste refuse de lui remettre l’argent…

    « Le vrai sujet du Mandat, ce ne sont pas seulement les malheurs du héros. C’est la naissance d’une bourgeoisie africaine […]. En réalité, le problème soulevé par le film est politique. Il n’y a plus de Noirs et de Blancs, le problème se pose au niveau de la classe. »

    Ousmane Sembène
    Le Mandat

    Séances

    • mercredi 7 juillet à 16h40
    • samedi 10 juillet à 16h45
    • jeudi 15 juillet à 20h30
    • samedi 17 juillet à 14h30
    • vendredi 23 juillet à 14h30
    • jeudi 29 juillet à 14h30
    • vendredi 30 juillet à 18h40
  • SEMBÈNE !

    (Sénégal/USA, 2015) 1h26
    Réal. Samba Gadjigo, Jason Silverman

    Documentaire retraçant l’histoire incroyable du père du cinéma africain, le cinéaste autodidacte sénégalais Sembène, qui s’est battu envers et contre tous pour donner une voix aux Africains.

    Pour prolonger le cycle « Black Films Matter » (octobre 2020).

    Sembène !

    Séances

    • mercredi 7 juillet à 18h30
    • mardi 13 juillet à 20h40
    • samedi 17 juillet à 16h30
    • jeudi 22 juillet à 16h30
  • LE FESTIN CHINOIS

    The Chinese Feast (HK, 1995) 1h46
    Réal. Tsui Hark
    Int. Leslie Cheung, Chiu Man-cheuk, Anita Yuen…

    Afin de pouvoir émigrer au Canada, un jeune mafieux hongkongais doit obtenir un diplôme de cuisinier. C’est ainsi qu’il atterrit dans un grand restaurant qui s’apprête à disputer un tournoi culinaire…

    « Le festin tant attendu est un festival de couleurs, d’acrobaties, de ruses et de coups de théâtre, au cours duquel la patte d’ours, la trompe d’éléphant ou la cervelle de singe (sujet d’un ultime gag) seront l’objet de l’inventivité délirante et raffinée des cuisiniers, et du réalisateur, qui fait rimer les couleurs et les plans avec une virtuosité souvent éblouissante. »

    Olivier Père, Arte.tv
    Le Festin chinois

    Séances

    • vendredi 2 juillet à 14h30
    • samedi 3 juillet à 20h30
    • jeudi 8 juillet à 18h00
    • mardi 13 juillet à 18h30
    • vendredi 16 juillet à 16h15
    • samedi 24 juillet à 14h30
    • mardi 27 juillet à 20h30
  • IN THE MOOD FOR LOVE

    (HK, 2000) 1h38
    Réal. Wong Kar-wai
    Int. Tony Leung Chiu-wai, Maggie Cheung…

    Hong Kong, 1962. Mme Chan loue une chambre chez Mme Suen. Le même jour et sur le même palier, s’installe M. Chow. Leurs conjoints sont souvent absents. Un jour, M. Chow et Mme Chan découvrent que leurs époux sont amants…

    Pour fêter les vingt ans du film de Wong Kar-wai, projeté au Festival de Cannes dans cette version restaurée, et pour retrouver l’alchimie du couple formé par Tony Leung et Maggie Cheung.

    In the Mood for Love

    Séances

    • dimanche 18 juillet à 16h30
    • mercredi 21 juillet à 16h30
    • vendredi 23 juillet à 20h30
    • mardi 27 juillet à 18h30
    • jeudi 29 juillet à 18h30
    • vendredi 30 juillet à 14h30
    • samedi 31 juillet à 19h15
  • LE SOUPIR DES VAGUES

    Umi wo kakeru (Jap., 2018) 1h29
    Réal. Kôji Fukada
    Int. Dean Fujioka, Mayu Tsuruta, Taiga…
    En avant-première (sortie le 4 août)

    En quête de ses racines, Sachiko rend visite à sa famille japonaise installée à Sumatra. Tout le monde ici essaye de se reconstruire après le tsunami qui a ravagé l’île il y a dix ans. À son arrivée, Sachiko apprend qu’un homme mystérieux a été retrouvé sur la plage, vivant…

    Après Hospitalité au mois de juin, un autre film inédit de Kôji Fukada, le réalisateur d’Harmonium et de L’Infirmière.

    Le Soupir des vagues

    Séances

    • mercredi 21 juillet à 20h40
    • jeudi 22 juillet à 18h20
    • vendredi 23 juillet à 16h20
    • dimanche 25 juillet à 14h30
    • mercredi 28 juillet à 18h40
    • vendredi 30 juillet à 20h30
    • samedi 31 juillet à 17h00
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre