institut

DINO RISI

Après Mario Bava et Lucio Fulci en octobre, l’Institut de l’image propose de continuer à voyager à travers le cinéma italien au mois de novembre, avec les films de Dino Risi, l’un des derniers « monstres » de l’âge d’or du cinéma italien qui a démarré sa carrière comme médecin psychiatre pour devenir l’un des maîtres de la comédie politique.

« Même si les plus connus comptent parmi les fleurons du genre, Dino Risi (1916-2008) a toujours trouvé réducteur de résumer ses films à des comédies. D’abord parce que sur quelques cinquante réalisations, tous n’en sont pas, loin s’en faut, et pour les autres, des comédies, peut-être, mais souvent désespérément drôles. Surtout, Risi se voyait comme un réaliste, un observateur insatiable et lucide qui, au nom du peuple italien, tend à tous les spectateurs, lui compris, un miroir en mouvement. »

Bernard Benoliel, la Cinémathèque française


Avec le soutien de l’ADRC

Image en haut de page : Au nom du peuple italien (1971)
Dino Risi
  • PAUVRES MAIS BEAUX

    Poveri ma belli (It., 1956) 1h41 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Marisa Allasio, Maurizio Arena, Renato Salvatori…

    L’amitié entre Romolo et Salvatore est mise à rude épreuve lorsqu’ils tombent amoureux de la même femme, Giovanna…

    Premier volet d’un triptyque sur l’Italie des années 1950, suivi par Belles mais pauvres (1957) et Pauvres millionnaires (1959), qui constituent une « trilogie optimiste ».

    Pauvres mais beaux

    Séances

    • mercredi 3 novembre à 16h00
    • vendredi 5 novembre à 20h30
    • mercredi 10 novembre à 14h00
    • dimanche 14 novembre à 14h30
    • vendredi 19 novembre à 16h10
    • lundi 22 novembre à 18h20
  • UNE VIE DIFFICILE

    Una Vita difficile (It., 1961) 1h59 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Alberto Sordi, Lea Massari, Franco Fabrizi…

    Silvio Magnozzi, ancien résistant, tente en homme de gauche convaincu de s’accrocher à ses convictions politiques. Lui qui s’est reconverti en journaliste engagé, a de plus en plus de mal à subvenir aux besoins de sa famille…

    « Une vie difficile est le film des espoirs déçus, de la générosité bafouée, une première étape, apparemment irréversible, dans le processus de désillusion de la société italienne. »

    Jacques Lourcelles

    Présenté par Laurent Galinon, journaliste et réalisateur de documentaires (passionné de cinéma italien) samedi 6 novembre à 14h30 et suivi d’une discussion
    Une Vie difficile

    Séances

    • mercredi 3 novembre à 18h10
    • samedi 6 novembre à 14h30
    • vendredi 12 novembre à 20h30
    • lundi 15 novembre à 16h15
    • jeudi 18 novembre à 14h00
    • jeudi 25 novembre à 20h30
  • L'HOMME À LA FERRARI

    Il tigre (It., 1967) 1h51 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Vittorio Gassman, Ann Margret, Eleanor Parker…

    Francesco Vincenzini est un homme respecté et un père de famille honorable. Quand il rencontre la belle Carolina, une amie de son fils, il se laisse aller à une liaison qui le rajeunit, mais ne se résout pas à abandonner sa famille pour autant. Entre atermoiement et lâcheté, Francesco tente de louvoyer…

    Une comédie sur « la fausse libération sexuelle » (Bernard Benoliel), avec le complice habituel de Risi, Vittorio Gassman.

    L'Homme à la Ferrari

    Séances

    • mercredi 3 novembre à 20h30
    • vendredi 5 novembre à 16h20
    • dimanche 14 novembre à 16h30
    • jeudi 18 novembre à 16h20
    • jeudi 25 novembre à 14h00
  • AU NOM DU PEUPLE ITALIEN

    In nome del popolo italiano (It., 1971) 1h43 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Ugo Tognazzi, Vittorio Gassman, Yvonne Furneaux…

    Le juge Bonifazi est un magistrat honnête, qui lutte contre tout ce qui pervertit la société, la corruption et la spéculation. En enquêtant sur la mort d’une jeune fille, il est amené à interroger un riche industriel corrompu qui semble lié à cette disparition…

    « Au nom du peuple italien est un chef-d’oeuvre tout en constituant une forme limite de la grande comédie italienne. Rarement la bouffonnerie sociale, l’observation satirique, le carnavalesque réaliste n’avaient atteint ce degré où le rire s’étrangle dans la gorge. »

    Jean-François Rauger, Le Monde

    Présenté par Laurent Galinon samedi 6 novembre à 18h
    Au nom du peuple italien

    Séances

    • samedi 6 novembre à 18h00
    • mercredi 10 novembre à 18h10
    • mardi 16 novembre à 20h15
    • vendredi 19 novembre à 14h00
    • lundi 22 novembre à 16h10
    • jeudi 25 novembre à 16h15
  • MOI, LA FEMME !

    Noi donne siamo fatte cosi (It., 1971) 1h45 – DVD
    Réal. Dino Risi
    Int. Monica Vitti, Enrico Maria Salerno, Ettore Manni…

    Suite de portraits de femmes en douze tableaux, tous interprétés par Monica Vitti…

    « Campagnarde abandonnée par son amant, nonne embrasée d’amour (pour le Christ), allumeuse aveugle, intellectuelle faussement libérée, violoniste soumise ou syndicaliste combative, l’actrice incarne pas moins de douze personnages (…). Du conte boccacien à la fantaisie bunuelienne, en passant par la satire chantée, Risi égratigne tous les milieux, dans un exercice de style à l’humour décalé. »

    Cinémathèque française
    Moi, la femme !

    Séances

    • jeudi 4 novembre à 14h00
    • lundi 8 novembre à 20h30
    • vendredi 12 novembre à 16h10
    • mardi 16 novembre à 18h00
    • dimanche 21 novembre à 14h30
  • PARFUM DE FEMME

    Profumo di donna (It., 1974) 1h43 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Vittorio Gassman, Agostina Belli, Alessandro Momo…

    Il y a sept ans, Fausto a perdu sa main gauche et la vue dans un accident. Il recrute Ciccio pour l’accompagner pendant une semaine jusqu’à Gênes. Fausto y retrouve Sara qui depuis l’adolescence se consume d’amour pour lui qui pourtant l’humilie sans cesse…

    L’un des plus grands rôles de Vittorio Gassman, récompensé au festival de Cannes.

    « Profumo di Donna est certainement un film plus grave que d’habitude pour moi, et plutôt que de comédie à l’italienne il faudrait peut-être parler ici de tragédie à l’italienne. »

    Dino Risi
    Parfum de femme

    Séances

    • dimanche 7 novembre à 14h30
    • mercredi 10 novembre à 16h00
    • samedi 13 novembre à 20h45
    • lundi 15 novembre à 18h30
    • mardi 23 novembre à 20h30
    • vendredi 26 novembre à 16h15
  • LA CARRIÈRE D'UNE FEMME DE CHAMBRE

    Telefoni bianchi (It., 1976) 1h57 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Agostina Belli, Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi…

    1935, Venise. Marcella, femme de chambre, est fascinée par le tout nouveau Festival du cinéma. Elle quitte son fiancé pour aller à Rome rejoindre Luciano, secrétaire de production. Un bout d’essai plus tard, elle rencontre un lieutenant fasciste, et sa carrière est lancée…

    De l’équipe de Parfum de femme, on attendait une agréable parodie des comédies de l’époque, avec Gassman en séducteur et Belli en vedette qui monte. Mais Risi va beaucoup plus loin, pour réaliser une œuvre d’une férocité à peine croyable.

    La Carrière d'une femme de chambre

    Séances

    • lundi 8 novembre à 14h00
    • jeudi 11 novembre à 16h50
    • lundi 15 novembre à 20h30
    • mercredi 17 novembre à 14h00
    • vendredi 26 novembre à 18h15
  • LES NOUVEAUX MONSTRES

    I nuovi mostri (It., 1977) 1h55 – DCP
    Réal. Dino Risi, Mario Monicelli, Ettore Scola
    Int. Alberto Sordi, Ugo Tognazzi, Vittorio Gassman, Ornella Muti…

    Douze sketches, tableaux sombres et amers qui, à la suite des Monstres de 1963, mettent en scène l’évolution de la société italienne…

    « Totalement déchaînés, les auteurs dénoncent toutes les formes d’hypocrisie et de bassesse humaine sur un ton virulent. Aucune institution n’est épargnée  : l’Église, la famille et les classes sociales sont tournées en dérision avec un sens de la méchanceté qui ravira tous les amateurs d’humour noir et décalé. »

    Virgile Dumez, Avoir-alire.com
    Les Nouveaux monstres

    Séances

    • samedi 6 novembre à 20h30
    • jeudi 11 novembre à 14h30
    • vendredi 12 novembre à 18h15
    • jeudi 18 novembre à 18h30
    • lundi 22 novembre à 20h30
    • vendredi 26 novembre à 14h00
  • ÂMES PERDUES

    Anima persa (It./Fr., 1977) 1h42 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Vittorio Gassman, Catherine Deneuve, Danilo Mattei…

    Venu étudier la peinture à Venise, Tino est logé dans l’étrange demeure de son oncle Fabio qui ne cesse d’humilier sa jeune épouse Elisa. Intrigué par des bruits étranges, Tino découvre qu’un autre membre de la famille vit secrètement enfermé dans une pièce…

    « Avec Parfum de femme tourné en 1974, le rapport de force entre comédie et drame, essentiel dans le cinéma de Risi, semble s’être inversé. Délaissant un peu plus encore la farce latine avec Âmes perdues, le cinéaste déroule les fils romanesques d’un conte noir proche du thriller anglo-saxon. »

    Cinémathèque française
    Âmes perdues

    Séances

    • vendredi 5 novembre à 18h30
    • lundi 8 novembre à 16h20
    • vendredi 12 novembre à 14h00
    • mercredi 17 novembre à 20h40
    • dimanche 21 novembre à 16h40
    • jeudi 25 novembre à 18h20
  • DERNIER AMOUR

    Primo Amore (It., 1978) 1h55 – DCP
    Réal. Dino Risi
    Int. Ornella Muti, Ugo Tognazzi, Mario Del Monaco…

    Ex-gloire de la comédie, Picchio arrive dans une maison de retraite pour anciens comédiens. Il tombe amoureux de la jeune gouvernante, Renata, et décide de l’emmener à Rome, pour monter un spectacle avec elle…

    « Une comédie qui effleure le drame, un film qui plaisante avec la mort. Une œuvre (…) « née d’un sentiment d’échec qui accompagne chacun de nous, quand la vie commence à courir, d’un mouvement progressivement accéléré, jusqu’à la dernière station. » (Dino Risi) »

    Cinémathèque française
    Dernier amour

    Séances

    • dimanche 7 novembre à 16h40
    • mercredi 10 novembre à 20h15
    • samedi 13 novembre à 18h30
    • lundi 15 novembre à 14h00
    • mardi 23 novembre à 18h00
    • vendredi 26 novembre à 20h40
  • FANTÔME D'AMOUR

    Fantasma d’amore (It./Fr./RFA, 1981) 1h36 – copie 35 mm VF
    Réal. Dino Risi
    Int. Marcello Mastroianni, Romy Schneider, Eva Maria Meinecke…

    Dans un bus de Pavie, un paisible juriste rencontre un amour de jeunesse, pourtant censée être morte depuis trois ans…

    « Avec ses décors embrumés et la musique mélancolique de Riz Ortolani, le film navigue entre fantastique, métaphysique et intrigue policière. Une histoire, suspendue entre passé et présent, sur la mort et son mystère. (…) Romy Schneider, dans l’un de ses derniers rôles, ombre souffrante ou resplendissante, apporte toute sa douceur et toute son intensité à ce film onirique. »

    Cinémathèque française
    Fantôme d'amour

    Séances

    • jeudi 4 novembre à 16h10
    • lundi 8 novembre à 18h30
    • samedi 13 novembre à 16h40
    • jeudi 18 novembre à 20h45
    • mercredi 24 novembre à 20h45
Institut de l'image
Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82
Institut de l'image Cité du livre